Jérémie Kisling

Jérémie Kisling est un jeune chanteur suisse original. Ce trentenaire écrit des textes à l’humour enfantin et des mélodies pop sucrées, jouées sur scène comme sur disque avec une bande de musiciens copains appelés les Messieurs … Son deuxième album Le ours vient de sortir. Jérémie a acquis une notoriété non négligeable chez les artistes de l’Hexagone, preuve avec sa collaboration au dernier album d’Hubert Félix Thiéfaine.

Le Ours

Jérémie Kisling est un jeune chanteur suisse original. Ce trentenaire écrit des textes à l’humour enfantin et des mélodies pop sucrées, jouées sur scène comme sur disque avec une bande de musiciens copains appelés les Messieurs … Son deuxième album Le ours vient de sortir. Jérémie a acquis une notoriété non négligeable chez les artistes de l’Hexagone, preuve avec sa collaboration au dernier album d’Hubert Félix Thiéfaine.

 

Le Lausannois Jérémie Kisling joue avec les mots. C’est une de ses spécialités. Ce Suisse trentenaire est un fan des champs "léxico-écologiques" et autres fantaisies bucoliques. Le Ours est bien léché, avec une production brossée dans le sens du poil. Les mélodies y sont savoureuses, pleines de contrastes, poétiques, nourries d’une voix douce qui n’aurait pas eu le temps de muer.  

Kisling enrubanne contes et histoires, avec ici un fil de trompette jazzy "djingueulisant" (l’artiste a peut-être un jour beaucoup aimé la musique à la radio), là des violons et des orgues classieux. Sur Le Ours, l’artiste helvète est à l’aise pour parler d’amour. On se délecte de cette histoire de relation entre le chanteur narrateur et une femme plus attirée par le charme gauche du vieux Souchon. Cette même demoiselle qui passe du temps au téléphone avec son ex force le chanteur à expliquer qu’il n’est pas jaloux, qu’il s’en fout (alors que pas du tout). Au fond, le poète utilise des tonnes de légèreté pour parler de sujets sérieux.

La plume de Kisling vise juste. Trempée dans un bain de pop pompier, elle devient belle et charnelle, infantile et pleine de style. Sur Rendez-vous, l’effet est efficace : la deuxième personne du singulier se substitue au pluriel et vice-versa quand l’auteur interpelle la demoiselle qu’il convoite. Quand "tuvoiment" et "voutoiment" arrivent à nous provoquer plus que quelques sourires, la tentation est grande de passer le morceau en boucle. Ce grand enfant a du talent : Kisling est même un artiste de plus dans une famille francophone où l’on trouverait comme grands frères Doriand ou Franck Monnet.

Jérémie Kisling Le Ours  (Note A Bene/Naïve) 2005