Frehel disparaissait il y a 55 ans

Fréhel, née Marguerite Boul'ch naît à Paris le 14 juillet 1891 de parents concierges, d'origine bretonne. Enfant de la rue, elle travaille très tôt. A cinq ans elle chante dans les rues et les cafés. A 15 ans, alors qu'elle est vendeuse et fait du porte à porte, son culot lui permet de rencontrer la Belle Otero, reine du music-hall, qui admire son audace et parvient à la faire engager au Café de l'Univers sous le nom de Pervenche.

L'âme de la chanson réaliste de l'entre-deux guerres

Fréhel, née Marguerite Boul'ch naît à Paris le 14 juillet 1891 de parents concierges, d'origine bretonne. Enfant de la rue, elle travaille très tôt. A cinq ans elle chante dans les rues et les cafés. A 15 ans, alors qu'elle est vendeuse et fait du porte à porte, son culot lui permet de rencontrer la Belle Otero, reine du music-hall, qui admire son audace et parvient à la faire engager au Café de l'Univers sous le nom de Pervenche.

Sa beauté, sa voix prenante, son style lui assure rapidement le succès. Elle rencontre Robert Holland, comédien et professeur de chant, l’épouse. Ils auront une fille qui mourra très jeune. Très vite le couple se sépare, Robert l'abandonne pour tomber dans les bras de la grande Damia.

Pervenche se produit ensuite dans les plus grands cabarets de la capitale cette fois sous le nom de Fréhel et devient une grande vedette. Extravagante, noceuse, elle mène alors la grande vie. Elle rencontre Maurice Chevalier mais  leur liaison passionnelle et fugace vole en éclat. Finalement, l'Homme au canotier l'abandonne pour Mistinguett. Elle tente de se suicider, s'exile alors à Saint Petersbourg, puis à Bucarest, va à Constantinople d'où l'ambassade de France la rapatrie en 1922, complètement droguée. Elle revient de cet exil physiquement méconnaissable, fanée et corpulente.

En 1925, Fréhel retrouve le succès, elle se produit à l'Olympia, le public est bouleversé par cette femme meurtrie et affaiblie qui pleure sa vie sur scène d'une voix qui tord les tripes. Les airs vont s'enchaîner jusqu'en 1939 avec bonheur : La java bleue, Comme un oiseau, La coco, Tel qu'il est, La chanson des fortifs, Où sont tous mes amants, le dénicheur... Au cinéma l'authenticité de sa personnalité et sa gouaille des faubourgs font merveille, elle joue dans de nombreux films tels que La rue sans nom (1933), Le roman d'un tricheur, Pépé le Moko ( (1936) parmi les plus célèbres.

Usée par l'alcool et la drogue, elle termine sa vie, le 3 février 1951, seule et misérable dans un hôtel de passe de la rue Pigalle. La foule est immense à son enterrement et vient lui rendre un dernier hommage. Monument de la chanson populaire, Fréhel influence des générations d'artistes. Sans jamais tomber dans l'oubli, ses chansons, dont la célèbre Java bleue, ont fait danser plusieurs générations de Français.