Lio croit toujours à l'amour

A 43 ans, Lio tout aussi connue pour ses tubes internationaux tel Banana Split que pour ses déboires conjugaux, vient de sortir l’un de ses plus beaux albums Dites au Prince Charmant. La chanteuse franco-belge, 25 ans après les avoir rencontré retrouvent Jacques Duvall et Jay Alanski et travaille pour la première fois avec Doriand et Peter Von Poehl, deux artistes proches de sa sœur Héléna Noguerra.

Sortie de l'album Dites au Prince Charmant

A 43 ans, Lio tout aussi connue pour ses tubes internationaux tel Banana Split que pour ses déboires conjugaux, vient de sortir l’un de ses plus beaux albums Dites au Prince Charmant. La chanteuse franco-belge, 25 ans après les avoir rencontré retrouvent Jacques Duvall et Jay Alanski et travaille pour la première fois avec Doriand et Peter Von Poehl, deux artistes proches de sa sœur Héléna Noguerra.

"Vous avez demandé Lio, ne quittez pas !" Quand on cherche à rencontrer Lio pour un portrait, il y a toutes les chances qu’il faille attendre. L’artiste qui nous faisait danser sur les airs synthétiques et pop à l’époque d’Amoureux solitaires n’a pas pris une ride mais elle est demandée de partout. Elle ne s’est pas tellement assagie. On s’attend donc, une fois le rendez-vous arrivé, à voir une chanteuse exaltée par l’accueil chaleureux qui est fait à son nouvel album. Mais c’est une toute autre Lio qui se présente : sans maquillage, ni robe de soirée, sans fard pour cacher les traits fatigués par une tournée promo chargée. Une Lio posée qui peine à cacher son enthousiasme au détour d’une question sur la série américaine Desperate Housewives.

Cette mère de famille de six enfants (d’autant de Princes Charmants différents) se voit dans le rôle de Suzan, une femme généreuse, miss catastrophe et souvent seule, qui n’a pas complètement rangé son masque d’égérie brune, militante de la tornade féminine des années 80. Intègre et naturelle, entière et affable, la maman chanteuse est ponctuelle. Vingt cinq ans après ses premiers pas dans le show-biz, et quelques années seulement après s’être brûlée les ailes, elle revient. Son voyage vers des planètes masculines ombragées était devenu trop harassant. Ils étaient devenus tantôt malsains, tantôt inhumains. Lio n’a pas renoncé aux hommes pour autant, elle croit toujours à l’amour… différemment.

Hymne à l'amour réaliste

Dites au Prince Charmant est un hymne à l’amour réaliste qui en dit long sur la difficulté d’être en couple. Il va droit au coeur, raconte qu’on ne peut pas être raisonnable quand on aime sans jamais rien calculer. Jamais Lio n’a eu la langue dans la poche, on aurait bien vu cette chipie "pocket" de la pop, avec sa gouaille délicate et son courage total lancer un mouvement parallèle aux attentats gourmands du compatriote Noël Godin, dans une période commerciale fructueuse (Banana Split).

Mais Lio, aujourd’hui âgée de 43 ans devait vivre sa vie en dehors des sentiers balisés, entre prime time télés, soirées show-biz et concerts de charité, charts à conquérir, droits d’auteurs à glaner et face B à remixer. La charité, elle l’a eue pour tous ses amis dans le besoin, "j’ai toujours ouvert mes portes aux personnes perdues, inconnues d’un soir, sans toit. Il y a toujours eu de la place malgré le fait que nous soyons sept dans un appartement.". Les splits, la chanteuse les a collectionnés côté vie privée, "j’ai appris à perdre tout. Mais il y a une chose que je n’ai jamais perdue, c’est la foi dans la vie. Je crois aussi en l’amour mais cette fois, j’apprends à ne plus être aussi naïve, je ne laisse plus rentrer aussi facilement le loup dans la bergerie. J’apprends à reconnaître le loup…"

Au milieu d’une carrière faite de hauts et beaucoup de bas, Lio, Wanda de son prénom originel, a pris des coups, mais elle en a rendu aussi. Jamais retrouvée complètement KO couchée, après un échec d’un de ses dix albums, elle s’est relevée là où on ne l’attendait pas : ciné, théâtre, radio et télé, une vie dans la campagne charentaise, un retour à Paris. Elle fait partie de ces artistes qui restent dans la patrimoine français, dans l’esprit et dans la vie des gens sans forcément vendre beaucoup de disques. "Les personnes dans la rue me reconnaissent et me chantent souvent Les Brunes comptent pas pour des prunes ou Banana Split, côté notoriété, ça va. Des gens de tous les âges semblent connaître mes premiers singles. Mais des disques, ça fait longtemps que je n’en ai pas vendus."

Sœur prodigue

Wanda et Héléna sont des sœurs chanteuses. L’une fête son quart de siècle en chansons jazzy et introspectives, Helena sort un album léger et important en 2004 Née dans la nature. Une sœur courage qui a ramené plusieurs fois sa sœur à la surface lui proposant de rencontrer Doriand, "un artiste qui était venu me rencontrer à Vitrac St Vincent en Charente pour me faire écouter ses démos. Il est monté à Paris, est devenu très ami avec ma sœur et c’est elle qui m’a permis de le revoir. Aujourd’hui, nous travaillons ensemble."

D’autres musiciens comme Peter Von Poehl (un multi-instrumentiste proche de Bertrand Burgalat, vu avec AS Dragon) ont su cerner Lio, telle qu’elle est aujourd’hui, telle qu’elle avait envie de s’entendre musicalement. "J’étais comédienne de mes chansons de petite peste. Mais j’aspirais à entendre des orchestrations jazzy sur ce nouvel album". Lio est faite de ce bois-là entre le jazz écouté (et pas toujours avec joie) avec ses parents en Belgique, le free jazz qu’elle aime encore écouter aujourd’hui et les grandes voix, Billie Holliday "la grâce ultime", en tête.

S’il y a un aspect de la personnalité de Lio qui marque immédiatement l’interlocuteur qui la rencontre, c’est l’humour. Elle rappelle qu’elle n’a pas beaucoup goûté les bons mots – misogynes – de Serge Gainsbourg, "j’avais une culture anglo-saxonne de la musique, je n’étais pas dupe de certaines de ses limites, il n’appréciait pas. Ça ne m’empêche pas pour autant d’emprunter un de ses textes (Attends ou va-t’en), une merveille."  Mais comme elle le chante aujourd’hui avec malice, "les hommes me vont si bien que j’en expose à la maison… Et j’ai mon préféré qui sert de lampe à mon chevet." Les hommes n’éclairent pas Lio dans sa vie de tous les jours. Par le passé, ils ont été nuit, ils ont été jour.

Aujourd’hui, la chanteuse a repris goût à la vie, la main posée de temps en temps sur l’interrupteur de la lampe. Pour résumer sa vie, Lio utilise la métaphore, à l’image de la couleur musicale de son album, en ce moment, il fait plutôt nuit, entre chien et loup, l’ambiance est cool, "un verre de whisky à la main, on n’est pas très loin d’imaginer l’impossible". Wanda redevient Lio au petit matin et sa musique n’a jamais été aussi personnelle.

Lio Dites au Prince Charmant (Recall/Wagram) 2006