Zoé sur tous les tons

On l’avait aperçue au Divan du Monde à Paris ou aux Francofolies de la Rochelle. La pétillante Zoé revient en concert à l’Européen, prélude à la sortie de son premier album. Ambiance.

Des débuts prometteurs

On l’avait aperçue au Divan du Monde à Paris ou aux Francofolies de la Rochelle. La pétillante Zoé revient en concert à l’Européen, prélude à la sortie de son premier album. Ambiance.

Elle flippe. Six concerts, ce n’est pas rien. Encore un nouveau défi pour Zoé, qui espère que le public sera au rendez-vous à l’Européen, une salle intimiste blottie à côté de la Place de Clichy. Zoé s’y produit jusqu’au 1er avril, une façon de nous mettre l’eau à la bouche avant la sortie de son tout premier album, prévu début mai.

La scène ne lui fait pas peur, cela fait plusieurs années qu’elle est sur les planches, c’est devenue une seconde nature. C’est d’ailleurs sur la scène du Divan du Monde, à Paris, que sa future maison de disques l’a repérée. Et pas n’importe quelle maison de disques, celle de Luc Besson, Europa Corp. Le nabab du cinéma français va donc passer des bandes originales à la chanson française avec Zoé comme pionnière, un autre défi.

Ce disque s’est construit sur scène, et c’est donc sur scène que l’on va découvrir ce premier album. "Écrire des chansons, les proposer au public et les affiner selon leurs réactions, cela me semble la belle manière de les construire" nous expliquait Zoé avant d’entamer son tour de chant. Test grandeur nature donc, ce lundi 27 mars. Zoé prend la température de la salle en apparaissant au milieu du public. Et elle chante : "Dire du mal / Excellente gymnastique pour notre mental". Le ton est donné : cette jeune Belge blonde va vider son sac, ouvrir son cœur, en donnant tantôt dans l’autodérision, tantôt dans la confidence.

Bien des tracas

Sur la scène, Zoé est accompagnée de Nicolas Muller, qui joue de la guitare, mais aussi son compagnon (de chant) pour Amant comptant, un duo qui fait ses comptes, "Au bout de 58 jours/ 22 disputes et demi/ 3 matins sans bonjour/ 4 soirs Monopoly." Sur le disque à paraître, c’est un compatriote, Arno, qui lui tient tête.

Ce n’est pas à la tête mais à la Terre, que Zoé a parfois mal. "C’est grave docteur ?/ J’ai mal à la Terre/ Je suis devenu incontinent/ J’urine mon troisième océan". Le violoncelle de Gaëlle Baranthomme vient appuyer la gravité de cette chanson truffée de bons mots. Arno n’est pas sur le Vieux Continent en ce moment, Zoé lui fera donc un clin d’œil en reprenant Putain… à l’Européen. Autre compatriote, Brel, repris sans être trahi pour Ces Gens-là. Et puis un texte, qui n’a pas encore de musique, 9 mois, non pas sur les joies de la maternité, mais sur tous ses tracas. L’aquagym avec les vieux, plus de sushis ou de clopes et la pénible péridurale. Zoé sait de quoi elle parle, elle a accouché d’une petite fille en septembre avant de mettre en route son album.

Elle nous chante aussi ses relations tourmentées avec sa mère, puis son principal problème : "Sincèrement tout va bien/J’en peux plus ça m’angoisse/ Comment s’appelle cette maladie ?/La quoi ? La bourgeoisomanie ?"On pourrait donc presque dresser un portrait en chansons de Zoé comme on s’amuse à faire un portrait chinois. "Toutes ces chansons, c’est moi, c’est ma vie, explique-t-elle. Par exemple, tout ce que je dis dans Jalouse, je l’ai fait !" C’est-à-dire fouiller les poches de son homme, son bureau, sa voiture et compter les mégots… Elle se livre sans pudeur mais avec amusement.

De la scène au disque

En passant des planches à la galette discographique, le piano a cédé la place à la guitare. "La couleur de l’album est davantage guitare et d’influence anglo-saxonne. On a perdu le côté cabaret et théâtral de la scène" défend Zoé. On le regrette parfois. Elle connaît la chanson. Zoé est tombée dedans à l’âge de dix ans, lorsqu’elle a sorti un premier 45 tours (Girouette le Caméléon), prédisposée grâce à des parents musiciens.

À 19 ans, elle est lauréate de la Biennale de la Chanson Française à Bruxelles, puis sera choriste pour Maurane. Mais Zoé avait envie de prendre plus de place. Si elle n’a pas une grande voix, elle en maîtrise les différents registres et fait de son spectacle un peu plus qu’une succession de chansons en jouant sur ses talents de comédienne pour gagner la complicité du public. Je suis à vendre fait chanter la salle, qui reprend à son compte qu’il ne faut pas copier ou télécharger Zoé, laquelle va faire lever les spectateurs pour l’accompagner dans la chorégraphie de Je veux tout.

Cette fille a du tempérament et de l’énergie à revendre. Son univers personnel passe du rire aux larmes sans prévenir, comme cette dernière comptine qui déroule les mots d’une vie, de lolo à prostate, de petit ami à caramel mou. De la tristesse au rire, de l’ego à la Terre, Zoé a déballé son petit monde de façon émouvante et rigolote, sans se prendre trop au sérieux.

Zoé Tout va bien (Europa Corp) prévu début mai 2006
En concert à Paris à l’Européen jusqu’au 1er avril 2006.