Alain Kan

Alain Kan, le "premier punk français" refait surface avec la réédition d'un coffret de trois de ses albums de 1975, 1976 et 1979. Provocante et flamboyante, la personnalité atypique d'Alain Kan témoigne de l'extrême vitalité de l'underground rock français des années 70/80.

En mémoire du "premier punk"

Alain Kan, le "premier punk français" refait surface avec la réédition d'un coffret de trois de ses albums de 1975, 1976 et 1979. Provocante et flamboyante, la personnalité atypique d'Alain Kan témoigne de l'extrême vitalité de l'underground rock français des années 70/80.

Le 14 avril 1990, on croise Alain Kan sur le quai de la station de métro Châtelet. Il avait quarante-cinq ans. Depuis, plus personne ne l’a revu, plus personne n’a eu de nouvelles de lui. Ainsi a pris fin une carrière à la fois typique et singulière dans l’underground des années 70-80, qui laissera le souvenir de l’inventeur d’un curieux "travelo rock" ou la légende du premier punk français.

Alain Kan a d’abord été un chanteur de variété, celles sans grâce et sans grande liberté des années qui suivent immédiatement la vague yé-yé. Il prend ensuite un premier envol à l’Alcazar de Jean-Marie Rivière, où il chante du rock en veston, canotier et bas résilles. En 1975, 1976 et 1979, il va sortir trois albums mythiques : Et Gary Cooper s’éloigna dans le désert, Heureusement en France on ne se drogue pas et Whatever Happened to Alain Z. Kan.

Influences de David Bowie et de Lou Reed, éclats de glam rock, provocations aux bonnes mœurs (sexualité homosexuelle, drogues, hôpitaux psychiatriques…) qui vaudront à ses derniers disques d’être retirés des bacs. La réédition de ces trois albums en un coffret permet de découvrir un des avatars les plus curieux – et les plus passionnants – d’un rock français en pleine maturation. Singulièrement, ces disques dépassent de loin leur parentèle la plus évidente (Thiéfaine, Jad Wio, l’Higelin de Champagne, le Polnareff des provocantes sonates pop) et exsudent un mélange de mal-être et de jubilation d’une couleur unique.

La mémoire d’Alain Kan était jusqu’ici vampirisée par la météorique carrière de son Gazoline, formidable groupe punk de 1978 aux deux 45 tours mythiques. Avec ce coffret, on redécouvre un rocker flamboyant et dangereux, comme il en manque dans le paysage musical contemporain.

Alain Kan, Alain Kan, 1 coffret de 3 CD (Francis Dreyfus Music) 2007