Massilia Sound System

Sans être vraiment jamais parti, Massilia sound System revient gonflé à bloc après une série d’aventures autres (Moussu T e lei Jovents, Soleil FX, Oai Star) et une flopée d’albums persos. Oai e Libertat, le nouvel opus, renoue avec le son digital du reggae des années 1980, le son de leurs débuts.

Oai e Libertat

Sans être vraiment jamais parti, Massilia sound System revient gonflé à bloc après une série d’aventures autres (Moussu T e lei Jovents, Soleil FX, Oai Star) et une flopée d’albums persos. Oai e Libertat, le nouvel opus, renoue avec le son digital du reggae des années 1980, le son de leurs débuts.

Les projets solos derrière eux (disques et tournées) les membres du Massilia Sound System, se sont enfin remis au travail collectivement. Baptisé Oai e Libertat et désormais en bac, le nouveau long format du Massilia allonge les textes des Marseillais sur des riddims digitaux comme à leur début. "On retrouve le son des machines" confie Jali qui s’est laissé convaincre par Tatou de procéder de la sorte. "On se faisait une montagne de retourner ensemble en studio. En fait, tout c’est passé très simplement".

Il faut dire que le Massilia est aujourd’hui plutôt bien équipé. Tatou, Gari et Jali ont chacun leur unité de production indépendante. "On a réalisé une trentaine d’instrus qui ont permis aux auteurs de travailler" raconte Gari. "En une semaine, nous avions déjà six titres qui collaient bien à nos désirs, à nos envies de retrouver un son proche de celui de la scène, un son direct comme aux premiers jours du Massilia, de laisser un peu dernière nous les innovations d’un 3968 CR 13, notre album le plus abouti à en croire ce qui a été écrit dessus ou de son successeur Occitanista."

Retour en arrière

Plus de vingt ans séparent ces troubamuffins de leurs débuts. Belle longévité pour un groupe dont l’envie première est de semer le oai (prononcer "waï") partout où ils passent, façon Attila du riddim. A coup de pastis, de verbes hauts et de bonne humeur souvent ravageuse, ils entretiennent un rapport particulier avec leur public. Le Massilia aime ses fans et ses fans – des irréductibles - leur rendent bien. Tous "chourmos" dans la même galère, ils revendiquent une pensée farouchement opposée au centralisme hérité de l’ère jacobine, revendication et attitude qui leur a peut-être joué des tours par le passé. "On ne regrette rien de notre histoire" assène Jali que l’on surnomme aussi lo Papet. "C’est une belle aventure."

Pour Gari, la sentence est identique. "Cela fait seize ans que je suis dans l’histoire. Seize ans que je vis à fond cette aventure." N’allez pas leur dire que ce nouvel album reprend des thèmes familiers du groupe, ils en sont conscients et le revendiquent même. "De manière générale, on court toujours après la même chanson ! Nous comme les autres" précise Jali. "Tant que la chose n’est pas entendue, comprise, tu la répètes. Surtout nous qui avons toujours avancé à découvert. On ne va pas se travestir aujourd’hui" lâche l’ancien dont le flow est toujours alerte, même si la voix compte un "moulon" d’heures au compteur. "Quand on veut autre chose, on a nos solos" reprend à la volée Gari avant d’ajouter "nos solos sont aussi des albums du Massilia, car on les a pas fait dos à dos !".

Si dans vingt ans…

Pour autant ne regrettent-ils pas de ne pas avoir décroché la timbale en or avec Oh qu’elle est bleue, un de leurs titres qui aurait pu, aurait du avoir un succès comparable à ceux remportés par Mets de l’Huile (Regg’lys), Le MIA (IAM) ou Tomber La Chemise (Zebda). "Trop tôt, un succès te perturbe" note Jali. "Reste à savoir ce qu’est un vrai succès. Si dans vingt ans des gens chantent encore Oh quelle est bleue, ça sera un vrai succès, beaucoup plus gratifiant que d’en écouler des brouettes dans les six mois qui suivent sa sortie et pratiquement plus rien après."

Donc, vous n’avez pas fini d’entendre cette ode à la grande bleue lors des concerts du Massilia. "La scène, c’est primordial !" prolonge Jali. "Les gens viennent en sachant qu’ils vont passer un bon moment et faire la fête avec d’autres gens cools comme eux. On se doit d’être généreux !".

Massilia Sound System Oai e Libertat. (Adam/Wagram) 2007