Disparition de Samy Al-Maghribi

Samy Al-Maghribi, qui fut une "icône" de la musique marocaine, est décédé le 9 mars à Montréal à l'âge de 86 ans.

Une carrière exceptionnelle

Samy Al-Maghribi, qui fut une "icône" de la musique marocaine, est décédé le 9 mars à Montréal à l'âge de 86 ans.

 

 

 

 

 

De son vrai nom Salomon Amzellag, Samy al-Maghribi, musicien de confession juive, a durant soixante ans, enrichi le patrimoine de la musique traditionnelle marocaine. Né en 1922 à Safi, sa famille s'installe quatre ans plus tard à Rabat où à l'âge de sept ans, il fabrique lui-même sa mandoline. Samy intègre un groupe de musiciens dans le quartier juif de la ville. Il apprend ensuite à jouer du oud (luth). En 1955, il salue par une de ses compositions, le retour triomphal de Mohammed V.

Il poursuit sa carrière à Paris où il crée sa propre marque de disques, Samyphone. Le succès de ses disques et de ses représentations dans tous les pays où se sont établis des immigrants originaires d’Afrique du Nord, confirment jusqu’à aujourd’hui la renommée internationale de Samy Al-Maghribi.

Il était venu à la chanson, influencé par Salim Hilali, grand chanteur d'origine algérienne de la même génération, dont il admirait la voix. Al-Maghribi a eu l’audace de passer du chant religieux, où il avait débuté enfant, à la chanson profane. Cela ne l’a pas empêché de revenir au chant religieux une fois installé au Canada où il a émigré en 1960.

"Sans te dire adieu, nous te dirons merci Sami d'avoir cristallisé l'expression même de la joie et du bonheur pour plus d'une génération", a-t-on pu lire dans les pages du quotidien, Aujourd'hui Le Maroc, dans son édition daté du 11 mars. Samy al-Maghribi était père d'un garçon et de cinq filles qui l'ont accompagné dans un certain nombre d'œuvres musicales.