Jean-Louis Murat

La dernière création musicale de Jean-Louis Murat raconte l’impossible amour de Tristan et Iseult. Sobre et poignant.

La tristesse de Tristan

La dernière création musicale de Jean-Louis Murat raconte l’impossible amour de Tristan et Iseult. Sobre et poignant.

Toujours plus rapide, Murat ! Il n’a pas fallu six mois à l’Auvergnat  pour sortir de son escarcelle un nouvel album. Le vingt-quatrième, live compris. En octobre 2007, il avait convoqué Baudelaire et Ferré sur Charles et Léo. Il s’inspire cette fois-ci de deux amants légendaires : les moyenâgeux Tristan et Iseult. Est-il encore besoin de préciser le thème de Tristan ? L’amour, bien sûr. Celui qui excite le corps, fuit quand on croit l’avoir conquis ou provoque la souffrance, la joie ou la mort.

Jean-Louis Murat n’est pas léger léger dans sa méditation sur le mouvement amoureux. Sensuel et grivois par la voix et les mots oui, mais pas très gai : On aime cogner sans suite, à la porte du bonheur/ On engage la poursuite, on prend le chemin du cœur/ Personne ce soir au gîte, on rappelle l’ascenseur / L’amour est toujours en fuite sur l’Amour en fuite. Tout ça porterait à rire s’il n’y avait le désir à la porte dorée de mon cœur / Tout cela porterait à rire s’il n’y avait le plaisir, mousse noire de mon malheur sur Mousse noire. Le chantre explique vouloir comprendre d’où nous vient "ce goût du malheur".

Tristan serait-il un disque à portée philosophique ? Cela se pourrait bien. Et ce ne sont pas uniquement les paroles - toujours aussi subtilement tournées et tourmentées - qui poussent à le penser. Tout dans la musique semble aussi conçu pour encourager la réflexion : pas de grosse artillerie mais une batterie discrète qui mime un cœur qui bat, des cordes de basse et de guitare sobres, ciselées façon Murat, des chœurs envoûtants, quelques virgules de cuivres ça et là et des bruitages de vie quotidienne (talons qui frappent le sol, enfants qui jouent, orage, pluie…) qui rappellent à quel point l’amour nous cerne. Cet album - réalisé et enregistré en automne dernier chez Murat lui-même, en Auvergne - est décidément bien fait. Bourré de tristesse mais poétiquement irrésistible.

 Ecoutez un extrait de

Jean-Louis Murat Tristan (V2 Music/Universal) 2008

En tournée solo à l’automne 2008, avec plusieurs concerts à l’Européen, à Paris, du 1er au 5 octobre