Matoub Lounès, dix ans déjà

Cela fait aujourd'hui dix ans que le protest singer algérien, Matoub Lounès, à été assassiné sur la route de Tizi Ouzou. Il paya chèrement ses prises de positions contre les intégristes de son pays, mais le souvenir de ce chanteur engagé et si talentueux reste gravé dans la mémoire de ses compatriotes et de ses admirateurs.

Anniversaire de la mort du chanteur algérien

Cela fait aujourd'hui dix ans que le protest singer algérien, Matoub Lounès, à été assassiné sur la route de Tizi Ouzou. Il paya chèrement ses prises de positions contre les intégristes de son pays, mais le souvenir de ce chanteur engagé et si talentueux reste gravé dans la mémoire de ses compatriotes et de ses admirateurs.

"Mais la paix renaîtra un jour/ Et mes chants parmi vous célèbreront à nouveau/ Le printemps si cher à nos cœurs." Le chanteur kabyle Matoub Lounès, figure de proue du "printemps berbère" en 1980, chantre de la langue tamazight et de la laïcité en Algérie, est l'auteur de ces mots.

Le 25 juin 1998, il est assassiné sur la route de Tizi Ouzou, capitale de sa chère Kabylie. Né le 26 janvier 1956, longtemps banni des ondes de la radio et de la télévision en raison de son activisme politique, il jouissait pourtant d'une immense popularité pour ses albums, la beauté de la langue, de sa voix, de sa musique influencée par le chaâbi.

 Durant les émeutes populaires de 1988, il avait été blessé de plusieurs balles au ventre par des gendarmes. Il avait survécu, alimentant sa légende de "dur à cuire", légende renforcée par son enlèvement en septembre 94 par un commando du GIA.

Exilé en France, auteur d'un livre intitulé Le Rebelle, où il raconte ses déboires avec les islamistes, il ne revenait que très rarement en Algérie. Chantre de l'amour aussi bien qu'interprète de textes engagés, souvent satiriques, Matoub Lounès est le cinquième chanteur assassiné en Algérie.

 Ecoutez l'émission