Ridan

Deux ans après L’Ange de mon Démon, Ridan signe son retour avec L’Un est l’autre, un troisième album lumineux, entre introspection, ouverture le monde et coups de griffes. 

L’Un est l’autre

Deux ans après L’Ange de mon Démon, Ridan signe son retour avec L’Un est l’autre, un troisième album lumineux, entre introspection, ouverture le monde et coups de griffes. 

Le sourire sur la pochette donne une indication du ton, de la couleur et de l’humeur du disque. Un sourire spontané, moins crispé que sur L’Ange de Mon démon (2007). Avec L’un est l’autre, Ridan livre son album le plus serein, le plus lumineux de sa carrière.

Dix chansons – comme ses deux précédents disques – sur le partage, la quête de soi, l’enfance comme source d’inspiration. Il y a bien des résidus de noirceur, comme sur Répondez-moi, un modèle d’épure mélancolique. Mais ce troisième opus dégage dans son ensemble une énergie et une positivité sincères donc assumées, jamais béates comme dans le premier single Passe à ton voisin.

Ecrites dans la dynamique de sa dernière tournée avec son guitariste Jérôme Paret, L’un est l’autre possède la spontanéité des musiques jouées dans la rue : une guitare, un accordéon, une caisse claire… Toujours imprégné de reggae, la couleur musicale s’enrichit de sonorités plus anglo-saxonnes et rock. Mélodies accrocheuses sans être racoleuses, écriture raffinée, caressante ou percutante.

Habitué à pointer sa plume sur les maux de nos sociétés, Ridan ne baisse pas la garde pour autant. Sur Star Minute, il égratigne avec une ironie mordante, sur un air à la Brassens, les émissions de téléréalité. Et affiche sans ambages son éthique d’artiste chansonnier réfractaire aux compromissions du show-biz. "Qu’importe les tendances et les paillettes de leur costume/ J’écrirais mes passions et mes souffrances jusqu’à l’arthrose/ Et si pour ça je devais prendre des gants/ Je boxerais ces mots jusqu’à ce qu’ils plient sous ma plume".

 Lire l'interview de Ridan

 Ecoutez un extrait de

Ridan L'Un est l'autre (Epic/Sony BMG) 2009