Orelsan

Dans la géographie du rap hexagonal dominée par l’axe historique Paris-Marseille, la Basse-Normandie avait encore peu fait parler d’elle. Originaire de Caen, Orelsan pourrait bien changer la donne avec son premier disque, Perdu d’avance.

Perdu d’avance

Dans la géographie du rap hexagonal dominée par l’axe historique Paris-Marseille, la Basse-Normandie avait encore peu fait parler d’elle. Originaire de Caen, Orelsan pourrait bien changer la donne avec son premier disque, Perdu d’avance.

Nom : Aurélien Cotentin, alias Orelsan. Age : 26 ans, "mais en plein crise d’adolescence". Lieu de résidence : Caen, dans le Calvados. Activité : "rappeur à la petite semaine ". Voilà pour les présentations. Pour en savoir plus, il faudra se pencher sur Perdu d’avance, premier album rigolard, touchant, parfois bouleversant et viscéralement sincère du MC normand.

Enfant de la classe moyenne né à Alençon ("La ville de Daniel Balavoine", précise l’intéressé), Orelsan ("monsieur Orel", en japonais) possède un flow fluide et percutant, une plume agile et imagée, un ton personnel loin du politiquement correct ambiant. Entre burlesque décapant et noirceur, textes trash et sensibilité à fleur de peau, introspection et radiographie sociale, Orelsan impose sa différence sur la scène rap hexagonale. Pas représentant des banlieues défavorisées mais plutôt haut-parleur de sa génération, coincée entre Internet haut-débit et horizon bouché : "Qu’est-ce qu’on s’en branle du futur quand on ne comprend pas le présent", chante Orelsan sur No Life, hymne crépusculaire aux accidentés de la vie.

Sur les musiques efficaces du talentueux Skread (Booba, Diam’s), Orelsan livre son journal intime : le spleen du post-ado hyper-sensible, les soirées foireuses, les bitures, l’explosion de la consommation de cocaïne, la précarité… Sans oublier les embrouilles sentimentales. Hilarantes quand il met en scène une séance de drague cocasse (Pour le pire). Glaçantes quand il évoque sa possible paternité (50 pourcents). En bon MC, Orelsan n’oublie pas de sacrifier à l’exercice rituel de l’ego-trip sur Jimmy Punchline, trois minutes de vantardise boursouflée et jubilatoire dans la plus pure tradition du rap.

 Lire l'interview d'Orelsan

 Ecoutez un extrait de

- 08/09/2016

Orelsan Perdu d’avance (Cinq7 / Wagram/ 7eme Magnitude) 2009

En concert le 13 mai 2009 au Bataclan, à Paris.