Agonie

"Je m’appelle Agonie parce que la définition du mot dans le dictionnaire, c’est 'la souffrance avant la mort', or la vie précède la mort, et il y a de la souffrance dedans. Et puis je trouvais que ça sonnait féminin". Ainsi se présente cette jeune artiste de 22 ans, rappeuse, blanche et obsédée par Alice au pays des merveilles au point d’en faire le thème de la photo de couv’ de son premier album, De l’autre côté du miroir.

Le hip hop au féminin

"Je m’appelle Agonie parce que la définition du mot dans le dictionnaire, c’est 'la souffrance avant la mort', or la vie précède la mort, et il y a de la souffrance dedans. Et puis je trouvais que ça sonnait féminin". Ainsi se présente cette jeune artiste de 22 ans, rappeuse, blanche et obsédée par Alice au pays des merveilles au point d’en faire le thème de la photo de couv’ de son premier album, De l’autre côté du miroir.

Deuxième après Grégoire à sortir son disque par l’intermédiaire de la structure MyMajorCompany, qui propose aux internautes d’investir sur un artiste pour financer l’enregistrement de son premier disque, Alison (son vrai prénom) reconnaît avoir eu de la chance. "Ce qui m’a aidé, c’est que je suis passé dans Capital sur M6, qui faisait un sujet sur les nouveaux talents d’internet. J’ai 237 producteurs, de 10 euros à 6500 euros. J’espère les rencontrer un jour", avoue cette artiste dont la blonde chevelure cache un cerveau.

Le style d’Agonie ? Il est double, et particulièrement bien représenté par deux titres qui s’imposent dans son premier album : le premier est Tais-toi, nettoie, un vrai tube rigolo qui inverse les rôles et propose aux mini machos de manier la serpillière, et Pense à moi, lacrymal à souhait, qui développe son côté obscur. "Quand j’écris, c’est souvent sombre. Je dois être comme ça à l’intérieur. Je mets tout sur papier pour garder le sourire".

Les gens, qui sont souvent méchants, l’ont parfois critiquée sur le net et comparée à… Koxie. Ça fait mal. Mais la demoiselle a du répondant. "La comparaison avec Koxie (ndlr : interprète du mémorable Gare au cons), je l’ai déjà eue sur le morceau Agonie. Si on a des oreilles et qu’on écoute le flow, on comprend que ça n’est pas Koxie, c’est juste une voix de meuf". À bon entendeur…

 Ecoutez un extrait de

- 08/09/2016

Agonie De l’autre côté du miroir (MyMajorCompany/Warner Music France) 2009