Alexis HK

"Faire du neuf avec du vieux", tel semble être la ligne directrice de troisième album hirsute d'Alexis HK, Les Affranchis, empruntant autant à la chanson de Brassens qu’aux troubadours médiévaux ou à la mafia napolitaine.  L’humour et le talent narratif en prime.

Les Affranchis

"Faire du neuf avec du vieux", tel semble être la ligne directrice de troisième album hirsute d'Alexis HK, Les Affranchis, empruntant autant à la chanson de Brassens qu’aux troubadours médiévaux ou à la mafia napolitaine.  L’humour et le talent narratif en prime.

Quelques notes de mandoline, et une ambiance à la Martin Scorsese, période Goodfellas, Les Affranchis en version française… C’est sur le thème archi rebattu de la mafia que s’ouvre donc l'album, Les Affranchis : une sorte de clin d’œil à l’ami Renan Luce (co-auteur du déjà culte Thanks for the add) et son Repenti, et surtout à Akhenaton et son classique Métèque et Mat. D’ailleurs, l’analogie avec le rappeur marseillais ne s’arrête pas là, tant le phrasé d’Alexis HK emprunte à plusieurs reprises au flow saccadé et à la verve de conteur de ce dernier.

Exit, donc, les accordéons et la java de Belle Ville, ce nouvel opus s’ouvre à d’autres horizons, ambiances jazzy, folk et hip hop acoustique en particulier. La réalisation dépouillée, signée du chanteur lui-même et de Matthieu Ballet (collaborateur, entre autres, de Bashung), s’avère plus soignée que jamais. Mieux mise en avant, la voix grave et syncopée d’Alexis parvient sans mal à faire swinguer la langue française, à la manière de Nougaro.

Si l’auteur de C’que t’es belle se renouvelle musicalement, ses textes creusent quant à eux, avec bonheur, le sillon de la tradition française : le bon mot comique (l’excellent La Maison Ronchonchon co-écrit par Lise Cherhal), et la satire chère à Brassens dans Les Affranchis (une histoire de mafieux transposée dans le monde de la chanson) ou Chicken Manager, fable volaillère mettant en scène deux figures politiques bien connues ; la chanson médiévale, aussi, avec un Maudits Anglois en langue d’époque, et ce Pardon, Vieux Camarade qui clôt l’album sur des applaudissements fatigués. Une réussite.

 Ecoutez un extrait de Les Affranchis

Alexis HK Les Affranchis (La Familia) 2009En tournée française et le 15 octobre à la Cigale à Paris