Amadou et Mariam, l’internationale malienne

Après le passage d’Arthur H, Ayo ou encore Anaïs, c’était au tour du couple malien Amadou et Mariam d’investir la scène du Phénix, ce jeudi 23 avril. En tête d’affiche bien sûr, une belle consécration dans un important festival français.

En concert au Phénix

Après le passage d’Arthur H, Ayo ou encore Anaïs, c’était au tour du couple malien Amadou et Mariam d’investir la scène du Phénix, ce jeudi 23 avril. En tête d’affiche bien sûr, une belle consécration dans un important festival français.

Mariam n‘a pas son pareil pour arborer de belles tenues scintillantes et Amadou n’est pas en reste dans ce domaine. Le couple malien porte haut les couleurs de son continent et de son pays. Sur la scène du Phénix à Bourges, il ne dépareille pas le moins du monde après les artistes français Arthur H et Anaïs et la Nigériane Ayo. Il est vrai que le son, le gros son balancé pendant ce concert, rappelle le chemin parcouru par les deux Maliens. Accompagnés de quatre musiciens et deux choristes, ils proposent une musique "cross over", prenant sa source évidemment dans leur pays d’origine mais aussi adaptée aux oreilles occidentales. Des refrains efficaces, chantés en français ("Ce n’est pas bon, ce n’est pas bon, nous n’en voulons pas" ou "Le dimanche à Bamako c’est le jour de mariage") participent à l’adhésion du public.

Peut-être d’ailleurs que cette musique que certains trouveront "dénaturée", est le sésame qui ouvre la porte de la reconnaissance internationale et la conquête de publics très différents. Damon Albarn, qui a travaillé avec Amadou et Mariam sur leur album Welcome to Mali, le dernier en date, les a invités à faire la première partie en juillet prochain, du concert de reformation de son groupe Blur. Cela se passera à Hyde Park devant des milliers de spectateurs. Amadou et Mariam, invités aussi à participer à la tournée américaine de Coldplay, "Cela va nous permettre d’affronter d’autres publics que nous n’avons pas l’habitude de rencontrer sur nos concerts. Cela va se passer dans des stades. On est très très contents !" rapporte Amadou rencontré un peu plus tôt dans la journée.

De festivals en concerts aux quatre coins du globe, Amadou et Mariam véhiculent une image positive de l’Afrique : "nous véhiculons aussi une image d’intégration, d’universalité, qui fait que nous amenons les Africains et les Européens à être sur une même scène, à chanter ensemble. Nous essayons d’incarner le symbole de l’amitié, de la solidarité entre le Sud et le Nord. Partant de ce principe nous essayons par la musique de parler aux uns et aux autres, car nos messages s’adressent à tous, en Afrique ou ailleurs. Nous essayons de faire passer des messages d’entente, d’amour, d’espoir et de paix".  La tâche est rude mais le couple malien semble déterminé à continuer son chemin, en proposant des concerts comme celui du festival de Bourges ce jeudi, emprunt de joie et de bonnes vibrations. 

 Ecoutez un extrait de


 Voir les vidéos


 

Retour au sommaire