Florian Mona

Avec son premier album éponyme, Florian Mona livre une œuvre singulière, à la croisée des chemins entre rock, chanson française et poésie surréaliste. A suivre.

Florian Mona

Avec son premier album éponyme, Florian Mona livre une œuvre singulière, à la croisée des chemins entre rock, chanson française et poésie surréaliste. A suivre.

Difficile de se faire un nom dans la lignée des chanteurs français qui, éternellement, convoque les aînés, suscite les références et les comparaisons. A l’écoute du premier album éponyme de Florian Mona, on pense à un Miossec pour la rythmique pop ; à un Murat aussi un peu, pour la poésie surréaliste. Et puis une signature s’élève. Celle d’une voix chaleureuse ponctuée de jolis chœurs, d’un chant à la timidité affirmée, d’une guitare rock qu’enjôlent des claviers, de riffs qui barbouillent un paysage sonore enluminé du gratouillis d’un banjo, de mille clochettes, boîtes à musique, goûts du détail …

Comme une succession de nouvelles, le "road-trip" de Florian Mona projette en ombres chinoises des "fourmi-lions", des "rêveurs", des "papillons", des "esquimaudes", créatures de matière qui balancent entre humidité et lumière, glace et étincelle. Surtout, la musique, repliée sur l’intime, ouvre grand les fenêtres d’un orchestre rock au groove indéniable, juxtaposition d’éléments qui toujours révèlent le cœur.

De la tendresse à la violence, son art remonte la gamme des nuances pour faire résonner le mot juste, avec élégance. Comme dans un rêve, l’album se feuillette : les pieds battent la mesure, les ritournelles squattent les lèvres, les histoires délivrent leurs secrets, ceux d’un monde original et vertigineux. Plus de doute ! Comme le nom du disque l’indique, c’est bien du "Florian Mona"… Et franchement, c’est la classe.

 Ecoutez un extrait de

 Lire ll'interview de
 Florian Mona

Florian Mona Florian Mona (Naïve) 2009

Actuellement en tournée, en concert au Zèbre de Belleville, à Paris, le 2 juin 2009.