Charlotte Dipanda

Enregistré à Paris, avec l’appui avisé du bassiste compatriote Guy N’Sange à la réalisation artistique, voici Mispa, le premier album sous le nom de Charlotte Dipanda, qui a fait ses classes en chantant Lara Fabian, Céline Dion et Mariah Carey dans des clubs au Cameroun.

Mispa

Enregistré à Paris, avec l’appui avisé du bassiste compatriote Guy N’Sange à la réalisation artistique, voici Mispa, le premier album sous le nom de Charlotte Dipanda, qui a fait ses classes en chantant Lara Fabian, Céline Dion et Mariah Carey dans des clubs au Cameroun.

Charlotte Dipanda, née en 1985 à Yaoundé, ancienne choriste de grands noms du son africain à Paris, est aujourd’hui en quête d’autonomie et d’affirmation de sa fibre artistique. Avant la sortie de cet album Mispa, elle avait déjà fait un disque (sorti en 2001) avec le guitariste camerounais – décédé depuis – Jeannot Hens, dont elle reprend en hommage, deux titres qu’ils avaient faits ensemble (Ndando et Longue).

Dans des sonorités soyeuses et acoustiques, au milieu d’univers qui ne sont pas sans rappeler ceux de Lokua Kanza, l’homme à musique, lui ayant apporté un coup de pouce salutaire, lors de son arrivée en France, la jeune chanteuse interprète en douala, bakaka (sa langue maternelle), bassa et français, des petites histoires, elle chante ses états d’âme, tressés de mélancolie, de la musique et des chansons sur lesquelles on rêve ou bien l’on danse.

Il y est question d’un grand-père qui contait l’histoire de l’arbre de la sagesse, de souvenirs d’enfance, d’amour et d’espoir, de sentiments compliqués, d’embûches, de doutes et de remises en question. Il y est question aussi d’une mamie essentielle, la grand-mère qui l’a élevée et à qui Charlotte Dipanda dédie cet album.

 Ecoutez un extrait de

 Lire l'interview de
 Charlotte Dipanda

Charlotte Dipanda Mispa (Cano Production - Rue Stendhal) 2009