Hommage discographique à Boris Vian

Fred Pallem se charge d’arranger-déranger le répertoire de Boris Vian. A la clef quelques morceaux de bravoure pour une double compilation intitulée On n'est pas là pour se faire engueuler.

On n'est pas là pour se faire engueuler

Fred Pallem se charge d’arranger-déranger le répertoire de Boris Vian. A la clef quelques morceaux de bravoure pour une double compilation intitulée On n'est pas là pour se faire engueuler.

Il y a cinquante ans tout juste, Boris Vian décédait, en laissant une palanquée de classiques, marqués par son humour féroce et son regard oblique. Ceux-là mêmes, ainsi qu’une poignée de raretés, que réinvestit l’arrangeur Fred Pallem, maître d’œuvre du double album On n'est pas là pour se faire engueuler, qui aligne les participations : Jeanne Moreau et Juliette Gréco, Carole Bouquet et Carla Bruni, Jane Birkin et Arthur H, M et ainsi de suite.

Le casting démontre l’étendue de l’influence du Pataphysicien, dont il faut retenir le Je bois de Katerine, tout à fait dans le sujet, l’amer Barcelone selon Thomas Fersen, Je suis snob version Arielle Dombasle, puis le même versant Michel Delpech, Natacha Chienchien gonflée d’une rythmique discoïde, parfaite pour la voix de Lio, ou à l’inverse le formidable contre-emploi de Fais-moi mal Johnny par le garçon boucher François Hadji Lazaro…

Au final, peu de fausses notes dans ce double album qui devrait permettre de remettre au cœur de l’actualité l’auteur de L’écume des jours. Vous en doutez ? Ecoutez donc Pas pour moi, brûlot libertaire sur rythmique punk-rock, scandé par Daniel Darc. Imparable en ces temps de fracture sociétale.


 

Retour au dossier

 

 

 

Compilation A Boris Vian, On n'est pas là pour se faire engueuler (AZ/Universal) 2009