Nosfell

Troisième album éponyme pour Nosfell. Le chanteur clôt de façon très rock le triptyque qu'il avait entamé en 2004 avec son premier album et pousse encore plus loin ses explorations.

Fin du triptyque

Troisième album éponyme pour Nosfell. Le chanteur clôt de façon très rock le triptyque qu'il avait entamé en 2004 avec son premier album et pousse encore plus loin ses explorations.

Nosfell est accroupi. Un bras en retrait, l’autre bien tendu, il pousse, toujours tourné vers l'avant. La photo noir et blanc qui illustre la pochette du troisième album éponyme de Labyala Nosfell, résume en son entier la trajectoire de ce chanteur aussi atypique qu'attachant.

Révélé en 2005 grâce à des concerts/performances époustouflants, Nosfell a construit, depuis sa rencontre avec le violoncelliste Pierre Le Bourgeois, un univers musical unique. Comparé à Magma, pour son langage imaginaire, aux songwriters folk pour son écriture, Nosfell est toujours ailleurs.

Pour ce troisième album clairement rock, il a été soutenu à la réalisation par le producteur, guitariste de Queens Of the Stone Age, Alain Johannes. Il va désormais chercher chez des groupes avec lesquels on ne lui connaissaient guère d’accointances : Smashing Pumpkins, System of a Down, etc. Aussi ciselé que brut, Nosfell est un album de montagnes russes où les intros de human beat box débouchent sur des guitares furieuses.

Désormais accompagné du batteur Orkhan Murat, Nosfell clôt de façon majestueuse le triptyque entamé il y a cinq ans avec Pomaïe Klokochazia Balek, son premier album. Plus apaisé que jamais dans ses moments de relâchements, il laisse aussi la place à ce qui est à ce jour parmi ses meilleurs morceaux : Bargain Healers, chanson à la Tom Waits travaillée avec Brody Dalle et Josh Homme, et La Romance des Cruels, ballade entièrement susurrée par Daniel Darc.

 Ecoutez un extrait de

- 08/09/2016

 Lire l'interview de
 Nosfell

Nosfell (V2/Polydor) 2009