Prix Découvertes RFI 2009

Chaque année, RFI organise le concours Découvertes destiné à promouvoir les jeunes talents des musiques africaines et des îles de l’océan Indien. Un concours qui au fil des années a révélé de grands artistes comme Tiken Jah Fakoly, Rokia Traoré, etc. Nous vous proposons de découvrir chaque jour une des candidatures qui nous sont parvenues. Vous pouvez aussi réagir en envoyant vos commentaires à contact.musique@rfi.fr .

Trois finalistes seront désignés à la mi-septembre. Le vote en ligne pour votre favori sera ouvert entre le 22 octobre et le 18 novembre prochain.

Le lauréat sera désigné par le jury du prix, le 25 novembre 2009.

  Retrouvez chaque jour les artistes sélectionnés dans les journaux Afrique sur RFI.

  Tous les lauréats du Prix Découvertes RFI

Première sélection

Chaque année, RFI organise le concours Découvertes destiné à promouvoir les jeunes talents des musiques africaines et des îles de l’océan Indien. Un concours qui au fil des années a révélé de grands artistes comme Tiken Jah Fakoly, Rokia Traoré, etc. Nous vous proposons de découvrir chaque jour une des candidatures qui nous sont parvenues. Vous pouvez aussi réagir en envoyant vos commentaires à contact.musique@rfi.fr .

Trois finalistes seront désignés à la mi-septembre. Le vote en ligne pour votre favori sera ouvert entre le 22 octobre et le 18 novembre prochain.

Le lauréat sera désigné par le jury du prix, le 25 novembre 2009.

  Retrouvez chaque jour les artistes sélectionnés dans les journaux Afrique sur RFI.

  Tous les lauréats du Prix Découvertes RFI

FB Stars / Congo Brazzaville

Les huit membres des FB Stars livrent une musique puisée dans le folklore congolais et métissée de reggae, de zouk et de hip hop. Pourquoi "FB" ? Pour la "famille Batola", dont la majorité des musiciens sont issus. La formation existe depuis 1998. Elle se produit souvent dans les bars de Brazzaville ou lors de festivals et est investie dans divers projets auprès des enfants et des personnes âgées. Le premier album des FB Stars s’intitule Identité vraie.

FB Stars

Tchula

FB Stars sur Myspace

Déné Issébéré / Mali

Repérée par l’ingénieur du son de Salif Keïta, Déné Issébéré collabore dès le début de sa carrière à différents projets avec Youssou N’Dour, Afel Bocoum, Toumani Diabaté ou encore le groupe français Les Escrocs. Elle attend de décrocher son baccalauréat avant d’enregistrer ses propres chansons. Elle sort Ogopo en 2001, et rencontre alors un vif succès populaire : c’est la porte ouverte à de nombreuses collaborations au Mali et ailleurs, notamment aux côtés de Frédéric Galliano et d’Issa Bagayogo. En 2006 paraît son deuxième album, Ladilikan, sur lequel figurent Cheick Tidiane Seck et le joueur de n’goni Bassékou Kouyaté. Le style de Déné Issébéré mêle pop folk et musiques traditionnelles du pays Dogon, dont elle est originaire.

Le site de Déné Issébéré

Déné Issébéré sur Myspace

A lire sur RFI :

Mali K7, l'usine à rêves

Jafa Junior / Cameroun

C’est à la guitare que Jafa Junior délivre ses chansons folk drapées de reggae. Originaire de Yaoundé, il passe sa jeunesse dans un séminaire avant de se mettre à la musique. Il chante les injustices, les abus, la vie, l’amour et l’espoir, sur des compositions gorgées de gaîté. Nommé Prends-moi tel quel, son premier disque est sorti en octobre 2008, produit par le label camerounais Alizés Equateur.

Ideal Black Girls / Guinée Conakry

Les Ideal Black Girls, ce sont quatre rappeuses guinéennes : Hadjy, Miss Bah, Dinz et Nat. Elles se sont connues au lycée et ont commencé à faire de la danse ensemble, avant de monter leur groupe en 1997. Elles enregistrent leur premier album en 2003 (Guineya Mon Monera), imposant les thèmes qui leur sont chers (l’excision, le mariage forcé, la criminalité...) au son du hip hop et du r’n’b. Fans, leur deuxième disque, est sorti en mai dernier en Guinée Conakry.

Ideal black girls

Ready for tonight

A lire sur RFI Musique :

Le rap aussi en Guinée

Banlieue rythme 2006

Khadim Tall et le groupe N’Gallam / Sénégal

Khadim Tall a baptisé son groupe N’Gallam ("l’or"), en référence à la tradition bijoutière de sa famille. Lui et ses musiciens vivent à Saint-Louis et diffusent un m’balax entraînant. Leurs premières chansons ont été gravées sur disque en 2006 sous le nom de N'Door Téle, "Le tout début". Elles évoquent en wolof la vie quotidienne des Sénégalais : l’espoir des jeunes, le mariage forcé, la religion, les enfants des rues…

Khadim Tall et le groupe N’Gallam

Sagne sagne

Khadim Tall et le groupe N'Gallam sur Myspace

Burkina Electric / Burkina Faso

Le groupe Burkina Electric se compose d’une chanteuse et d’un guitariste burkinabés (Maï Lingani et Abdoulaye Kouanda), d’un DJ allemand (Kurt Dahlke), d’un batteur autrichien (Lukas Ligeti) et de deux danseurs. Formé il y a cinq ans, ce sextet délivre une musique expérimentale qui fusionne électro, trip-hop et rythmiques africaines autour de la voix pleine de charme de Maï Lingani. Toutes les chansons et les chorégraphies de Burkina Electric sont composées collectivement, et ont déjà donné lieu à des concerts aux Etats-Unis et en Europe. Le premier album du groupe devrait sortir en septembre 2009.

 

Burkina electric

To mi to zi

Le site de Burkina electric

Burkina electric sur Myspace

Baba / Madagascar

Chanteur et compositeur, Baba vient du nord-est de Madagascar. Pendant dix ans, il a fait ses armes à la batterie et aux percussions dans divers groupes de la Grande île, avant de passer sur le devant de la scène en 2004. Il sort cette année-là son premier disque, Lereo, avec l’aide des frères Njava, qui en assurent la production en Belgique et l’accompagnent en tournée. Rythmée par le baoenjy local, la musique de Baba est tantôt triste, tantôt enjouée. Elle sert un propos tourné vers la défense de la planète, la sagesse ancestrale et la joie de vivre malgache.

Baba - Maman

Baba sur Myspace

A lire sur RFI Musique :

Chaude soirée à Antananarivo

Koudede / Niger

Koudede voit le jour à Agadez et grandit à Arlit, dans le Nord du Niger. Comme beaucoup de ses compatriotes touaregs, il s’exile en Algérie puis en Lybie au début des années 1990. C’est à ce moment-là qu’il apprend à jouer de la guitare et à chanter pour les réfugiés et les rebelles touaregs. Il rentre au pays en 1996, se familiarise avec l’imzad (une vielle monocorde) et les percussions, anime baptêmes et mariages puis se décide à composer ses propres chansons. Il a enregistré deux disques depuis (Amghard'ana en 2005 et Alam'i en 2007), sur lesquels les rythmes populaires et le son acoustique sont très présents. Il tourne souvent au Ghana, au Nigeria au Tchad et au Burkina-Faso.

 

Le site de Koudede

Koudede sur Myspace

A lire sur RFI Musique :

Ishumar, musique touareg de résistance

Camille Louvel, ambassadeur des purs sons burkinabés

Afrogeez / Côte d’Ivoire

Les neuf compères d’Afrogeez sont installés à Abidjan. Ils ont sorti en mai dernier Gbao Gbao, un premier album entièrement enregistré en live et qui mêle joyeusement reggae et ragga dance hall. Avec leurs voix tonitruantes, ils se veulent des éveilleurs de conscience sur les problèmes sociaux-culturels de leur pays. C’est une série de concerts parrainés par un gros opérateur téléphonique qui les a révélés au public en 2006. En 2007, le groupe remporte le concours de la Création musicale de la Fête de la musique à Abidjan et joue au grand Concert de l’indépendance de la Côté d’Ivoire.

Vi-Phint / Bénin

Vi-Phint assure qu’il est tombé dans la musique quand il était petit. Elevé par un grand-père chanteur de musique traditionnelle, il côtoie ensuite les groupes de musique folkloriques du village où il grandit (Ouessè-Tohonou, au Nord de la ville de Ouidah), avant de se mettre à la guitare au collège. Il quitte un temps sa passion sous la pression de ses parents, pour mieux y revenir en 2005 en enregistrant son premier disque, Sènagla. Le deuxième, Koli, sort en 2007. D’inspiration traditionnelle, peuplée de gongs, de cloches et de percussions, la musique de Vi-Phint lui a permis de remporter l’an dernier le titre de "Meilleur artiste de musique moderne d’inspiration traditionnelle" lors de la quatrième édition du Festival des stars de l’intégration culturelle africaine à Cotonou.   

Vi-Phint

Wlanwlan

Naby / Sénégal

S’inspirant de la musique traditionnelle africaine, de la soul et du reggae, Naby sévit sur la scène sénégalaise depuis une douzaine d’années. Il officie d’abord au sein du groupe Peace & Peace, avant de tracer sa route en solo. Depuis 1997, son nom figure sur plusieurs compilations de rap et de reggae (Sénérap 1 et 2, Da Hop, Frenchy reggae), mais Naby n’a sorti son premier album qu’en octobre 2008. Il s’appelle Dem Naa ("Je suis parti", en wolof) et ses chansons sur Dieu, l’amour et les questions sociales sénégalaises ont ouvert à Naby les portes de nombreux festivals.

 

Naby

Suma Rérée

 Naby sur MySpace

Kandjah Kora / Guinée

Derrière le projet Kandjah Kora se cachent le Guinéen Kandia Kouyaté et le Libanais Zeid Hamdan. Le premier chante et joue de la kora, le second taquine des machines et une guitare. Ils se sont rencontrés en 2006 à Conakry au festival Kora et cordes et distillent ensemble, depuis, une musique "électro-mandingue" qui trempe dans le folk, le hip hop et le ragga. Le duo vient de sortir un premier album intitulé La Guinée et s’est déjà produit sur scène en Guinée, en France et en Algérie. Kandia Kouyaté est également membre du groupe Les Espoirs de Coronthie.

 Kandjah Kora sur MySpace

Bakhan (Mauritanie)

Issu d’une famille mauritanienne métissée (Wolof, Maures, Peuls et Soninké), Bakhan fusionne les différentes richesses musicales et les différentes langues de ses origines et de son pays. Il a enregistré cette année son premier album, N’Daysan, au Sénégal, où il a été réfugié politique entre 1989 et 1995. Il a fait ses débuts dans un groupe de rap de Nouakchott (les Black Muslims), avant de créer la formation Mbeugeuel Africa (avec laquelle il a fait les premières parties d’artistes comme Omar Pene, Baba Maal ou Abdou Guite Seck) et dont les musiciens l’accompagnent encore aujourd’hui sur scène.

Fallyssa / Bénin

Présentée comme le nouvel espoir de la musique béninoise, Fallyssa mêle r’n’b et sonorités du Nord-Bénin. Admiratrice d’Angélique Kidjo, elle commence à chanter à 14 ans. Son bac en poche, elle se lance dans le métier de choriste et accompagne divers artistes dans les studios de Cotonou. En 2006, elle sort son premier disque, Dunya ("la vie"). Un dix titres sur lequel il est question de bonheur, de douleur, de paix et d’amour en français, anglais, dendi, bariba et fon. Sa voix suave et son jeu de scène énergique lui ont valu, en 2007, le prix de la "Meilleure artiste béninoise" au Festival panafricain de musique Black Music Awards à Brazzaville.

 

Falyssa

Tounou

 Site de Falyssa

Doudou Floyd / Guinée

Installé à Conakry et formateur à l’Institut supérieur des arts de Guinée, Doudou Floyd a autoproduit cette année son premier album, Köyö Köyö ("fatigue extrême" en soussou, l’une des cinq langues qu’il utilise pour chanter). Sur fond de guitares douces et de balafon, il y parle de l’esclavage, de la guerre, de l’amour, de la patience … Avant de se produire en son nom, il a fait partie de plusieurs groupes (les Colombes de Conakry, Bambino, Gbembéta Show) et a accompagné des musiciens comme Medoune Diallo, Laba Sossé ou encore Amadou Balaké lors de différentes cérémonies des Djembé d’or.

Doudou Floyd

Yema

Amkoullel / Mali

Amkoullel est un jeune rappeur adulé à Bamako. Sorti de l’ombre en 2003 avec son album Surafin, il confirme son succès en 2007 avec Waati Sera et quitte rarement la scène depuis. Son rap teinté de jazz et d’instruments traditionnels se marie à une langue bien pendue (il écrit en français et en bambara sur les pots de vin, l’immigration, l’alphabétisation, l’unité africaine…). Hyper-actif, il multiplie les collaborations (Didier Awadi, Cheick Tidiane Seck) et les activités : il a ouvert une école de danse hip hop, a créé l’Association pour le rap au Mali et anime à la télé Case Sanga, la Star Academy malienne.

Amkoullel

Pompiers

 Amkoullel sur MySpace

Kevin Soloman / Côte d’Ivoire

Né à Abidjan, en Côte d’Ivoire, Kevin Soloman commence à écrire des chansons dès la classe de sixième ! Précoce en écriture, il se met à la guitare pendant ses études supérieures. Influencé par les rythmes mandingues autant que par les Beatles, Joe Cooker et Dire Straight, il chante en anglais, en français et en malinké, sa langue natale. Programmateur et arrangeur, il vient d’auto-produire Fohi Tehi, un premier album qui flirte avec la soul, le blues, la pop et la musique mandingue.

 

 

Kevin Soloman

La Première fois

 Kevin Soloman sur MySpace

X Maleya / Cameroun

Deux albums à son actif, le trio camerounais X Maleya donne à entendre une musique urbaine, entre hip hop, r'n'b et makossa. Roger, Auguste et Haïs font leurs premiers pas en 1998, sur les scènes du concept "Samedi rap" à Yaoundé. Depuis, les adolescents ont grandi, leur notoriété aussi. Les billets pour leurs concerts s’arrachent et leur répertoire teinté d’espoir, de nostalgie (ils reprennent leur aîné Eboa Lotin), d’incitation à danser et de glamour séduit la jeunesse camerounaise. La chanson Yélélé, extraite de leur dernier opus, tourne actuellement en boucle sur les ondes des radios urbaines de Yaoundé et de Douala.

 

Site de X-Maleya

Vanessa Worou / Togo

Elle débuta sa carrière comme choriste. Vanessa Worou, aujourd'hui auteure, compositrice et interprète présente son premier album solo, Eké ("réveil" en mina, langue du Sud Togo). Largement influencée par Bella Bellow, la jeune femme présente une musique moderne, mixant les sonorités togolaises avec le jazz et le blues. Elle sera la représentante du Togo aux Jeux de la Francophonie en septembre 2009 à Beyrouth.

 

Vanessa Worou

Kankandodzi

 Site de Vanessa Worou

Ras Nininn / Ile Maurice

Initié à la guitare dès son plus jeune âge par un de ses oncles, le jeune Ras Nininn fut vite séduit par les chansons de Bob Marley. En 1998, alors âgé de 16 ans, il intègre un premier groupe, Burningjah. Même si cette aventure se termina assez rapidement, le jeune homme poursuivit sur la voie de la musique. Auteur en 2006 d'un premier album, Obzerve, Ras Nininn y décrit la réalité parfois difficile de son pays.

 

 Ras Ninnin sur MySpace

Vieux Farka Touré / Mali

Vieux Farka Touré est un guitariste de talent. Il a de qui tenir, son père n'est autre que l'illustre Ali Farka Touré. Fondo, son nouvel album allie les sonorités traditionnelles de sa région d'origine au Mali et une production moderne, explorant les divers courants musicaux qui peuvent inspirer le jeune homme, le reggae, le rock et bien sûr, le blues. Un disque sur lequel Vieux Farka Touré affirme un style très personnel.

 

 


 Vieux Farka Touré en concert à New York en février 2007

Site officiel de Vieux Farka Touré

A lire sur Vieux Farka Touré

Jah Verity / Burkina Faso

Remarqué avec Rebelles, un premier album sorti en 2004, le Burkinabé Jah Verity signe un second album Président Boulanger (sorti en 2008) dans la pure tradition du reggae ouest-africain. Il faut dire que le producteur de ce nouvel opus n'est autre que Tiken Jah Fakoly. Essentiellement chantés en français, mais aussi en bambara et en fon, les textes renvoient aux divers maux de l'Afrique, que le reggaeman dénonce avec conviction.

 

 

 

 Jah Verity sur MySpace

 A lire sur Jah Verity

 

Kareyce / Cameroun

Kareyce, qui a fait ses armes avec le groupe Korongo Jam, est une jeune femme habituée des scènes internationales. Aujourd'hui, elle présente son premier album solo Mulato, emprunt des rythmes et traditions bamilékés. Elle sera la représentante du Cameroun aux Jeux de la Francophonie en septembre 2009 à Beyrouth.

 

Interview de Kareyce Fotso a la Fête Nationale du Cameroun 2009

Sia Tolno / Guinée

Sia Tolno, une nouvelle grande voix africaine ? Cette jeune chanteuse originaire de Guinée et plus précisément du pays Kissi, a confié au maître Kante Manfila le soin d'arranger son nouvel album intitulé Eh Sanga. Sia Tolno qui avait reçu en 2002 un Djembé d'or, catégorie Meilleure voix féminine pour son premier album, est aussi la compositrice et l'auteure de ses chansons.

 

 Sia Tolno sur MySpace

Dumba Kultur / Burkina Faso

Dumba Kultur, c'est l'association d'Alkabore Tega Wende, un prince burkinabé et de Sini Moulaye, issu de la caste ivoirienne des Dosso, ce qui aurait dû le conduire à devenir chasseur. Ensemble, ils ont créé Dumba Kultur ("Dumba", c'est-à-dire "la grande profondeur" en langue malinké), groupe qui a vu s'agréger d'autres musiciens. Après Le Trône (1999) et Voyage (2004), voici Sabab, un album très "world" chanté en français, en bambara et en moré.

 

Site officiel de Dumba Kultur

 Tous les lauréats du Prix Découvertes RFI

 Le réglement du prix