David Walters

Découvert par la grâce d’un premier disque séducteur en 2006, le prodigieux performer confirme tout le plaisir sensuel que distille sa musique avec ce deuxième album plus ancré chanson et truffé de collaborations.

Home

Découvert par la grâce d’un premier disque séducteur en 2006, le prodigieux performer confirme tout le plaisir sensuel que distille sa musique avec ce deuxième album plus ancré chanson et truffé de collaborations.

Confectionné en majeure partie par lui seul, Awa, son premier album paru voici bientôt quatre ans, affirmait son identité de "négropolitain", comme il se surnomme. Un artiste en quête de ses racines antillaises, mais aussi en recherche d’une alchimie musicale où il conjuguait ouvertures électroniques et racines rythmiques, fil mélodique et conscience thématique. Soul et bel air, blues et folk, chansons douces et textes aux parfums plus amers…

Le créole inscrit cet Home au cœur du tout-monde sonore, c’est-à-dire en présence de tous les styles et de toutes langues (anglais, français, créole…), rappelant la mosaïque qui compose sa culture. Quelque part entre le suave Hotel Bamako et le plus remuant Safari à Paris (deux compositions soignées de sa plume), entre Home, sur lequel il convie la Nigériane Asa pour un délicat duo, entre Lomé, où il interroge son futur à la lecture de son présent et Fire, qu’il emprunte à Jimi Hendrix (une de ses tutélaires influences) pour en délivrer une version minimale, avec tambours de bouche et bidouillages électroniques.

Plus clairement ancré dans le terreau de la chanson, accueillant ainsi certains co-auteurs dont Mike Ibrahim et Arthur H, ce nouveau recueil devrait permettre à ce musicien découvert sur scène lors d’étonnantes performances en solitaire d’aborder un plus large public. Entendez plus versé dans l’écriture de belles pages en noir et blanc, surlignées de superbes plages musicales. Ce qui ne gâche rien, bien au contraire, quand on parle avant tout de musique.

David Walters Home (Ya Basta ! / Naïve) 2009

En concert le 9 décembre à la Maroquinerie, à Paris.