Angélique Kidjo

A travers son nouvel album, Õÿö, la chanteuse d'origine béninoise, Angélique Kidjo, témoigne d’un faisceau d’influences qui au cours de sa jeunesse, ont été déterminantes dans ce qu’elle est aujourd’hui. Revue de détail.

Õÿö

A travers son nouvel album, Õÿö, la chanteuse d'origine béninoise, Angélique Kidjo, témoigne d’un faisceau d’influences qui au cours de sa jeunesse, ont été déterminantes dans ce qu’elle est aujourd’hui. Revue de détail.

Rhythm'n'blues, soul, jazz, melodies traditionelles du Bénin, Bollywood, des adaptations de Curtis Mayfied (Move On Up), Santana (Samba Pa Ti), James Brown (Cold Sweat), Otis Redding (I Got Dreams to Remember), Sidney Bechet (Petite fleur)… Il y a beaucoup de monde et de diversité dans le nouvel album d’Angélique Kidjo. Et puis aussi ses premières idoles féminines, Bella Bellow, Miriam Makeba, Aretha Franklin.

Voilà un éclectisme pour le moins casse-cou, sans aucun doute. Mais que peut-on ramener dans ses filets quand on part à la pêche en mémoire sinon des souvenirs hétéroclites, des moments collectés ressurgissant en vrac ? Pour son nouvel album, succédant à Djin Djin (2007), qui lui avait valu un Grammy Award, Angélique Kidjo s’est tournée vers les coups de cœur de sa jeunesse. Elle leur adresse un coup de chapeau chaleureux et fait donc le choix d’un album composé majoritairement de reprises.

Sa voix, toujours remarquable d’intensité, tant dans la douceur qu’en énergie, fait le lien entre ces moments choisis. Toujours très partageuse dans le plaisir qu’elle prend à chanter, elle invite à chaque fois du beau monde dans ses albums. Ce sont cette fois-ci, Roy Hargrove, John Legend et Dianne Reeves qui lui donnent la réplique dans des duos de haut vol,  témoignant d’une belle complicité.

Angélique Kidjo Õÿö (Naïve) 2010
En concert à la Cigale à Paris le 17 avril 2010