Féloche

Cinq ans que le dénommé Féloche fabrique pièce par pièce cet ovni, un bazar sonore qui ne ressemble à rien de connu en France métropolitaine. La Vie cajun, quoi.

La Vie cajun

Cinq ans que le dénommé Féloche fabrique pièce par pièce cet ovni, un bazar sonore qui ne ressemble à rien de connu en France métropolitaine. La Vie cajun, quoi.

Il faut l’avoir vu sur scène se déhancher ! Féloche, prénommé dans la vie Félix, est un vrai frappadingue de musiques, un pluriel qui renvoie à tout ce qu’il a pu faire par le passé, à tout ce qui transpire dans ce premier disque.

A la mandoline, il a du style et au stylo, il a des idées, du genre bien décalées comme ses chansons, autobiographiques par-ci, farcies de doux délires aussi. Vingt ans que cet ingénieux ingénieur du son, fan de Prince période Parade, bricole des bandes-son. Plus de dix ans qu’il a une obsession: dédoubler le ternaire dans le binaire.

C’est ainsi qu’a mûri ce disque, un univers fait maison aux allures de bastringue rétro-futuriste, qui fleure bon les ragoûts louisianais, pimenté d’un zeste de rockabilly, de beaux restes du punk-funk déjanté, des souvenirs de westerns patinés… Un truc de doux-dingue, trempé dans l’alambic, peuplé d’invités qui en disent long sur l’esthétique azimutée du maître de cérémonie : l’harmoniciste new-yorkais Sxip Shirey, le bassiste ukrainien Alexander Sasha Pipa, l’égérie de Guerlain Nora Arnezeder qui susurre une version relookée de Singin’ In The Rain, ou encore Dr John, grand marabout de la Nouvelle Orléans, qui pose ses mains au piano tout en invoquant les divinités créoles sur un titre très "gris-gris" (Dr John gris-gris john). C’est le sommet de cet album, totalement imprégné de l’esprit poisseux du musicien sorcier. Quoi de plus normal : Dr John est la source d’inspiration assumée par Féloche, dont chacune des mises en sons rappellent le swing cajun, teinté de l’esprit dézingué d’un titi parisien.

- 08/09/2016

Féloche La Vie cajun (Ya Basta/Naïve) 2010
En tournée en France. En concert le 24 mars à Paris à la Maroquinerie

- 08/09/2016