Bibi Tanga & The Selenites

Presque trois ans après la sortie d'un premier opus, voici le retour de Bibi Tanga, artiste originaire de Centrafrique, avec la sortie d'un nouvel album, Dunya. Flanqué cette fois-ci encore du Professeur Inlassable, il s'adjoint les services d'un trio qui a accompagné le duo sur scène, The Selenites. 

Dunya

Presque trois ans après la sortie d'un premier opus, voici le retour de Bibi Tanga, artiste originaire de Centrafrique, avec la sortie d'un nouvel album, Dunya. Flanqué cette fois-ci encore du Professeur Inlassable, il s'adjoint les services d'un trio qui a accompagné le duo sur scène, The Selenites. 

En 2007, Bibi Tanga et le Professeur Inlassable s’étaient révélés aux oreilles des amateurs avec un premier album prometteur, Yellow Gauze. Pour beaucoup, cette galette constituait un ovni dans la galaxie du rare groove à la française, et témoignait de l’union de deux caractères pour le moins différents, deux personnages des plus complémentaires. D’un côté, Bibi Tanga, élancé bassiste et chanteur aux origines centrafricaines, faisait valoir des années à pratiquer le devant de la scène ; de l’autre, Le Professeur Inlassable, esthète parisien des musiques au mètre et touche-à-toutes les manettes, faisait entendre ses qualités de metteur en sons.

Trois ans plus tard, les revoilà avec ce deuxième album, Dunya, qui affirme tout le bien que laissait augurer ce coup d’essai, chacun parfaitement dans son rôle : le premier affine sa voix polyglotte (sango, anglais, français), un afro-funk soyeux et une soul chaleureuse qui trouvent dans les écrins confectionnés par le second le terrain idéal pour s’exprimer.

Cette fois, pas d’invités à leurs côtés, mais un trio groupe constitué sur scène, The Selenites, qui fournit une base solide et apporte une plus grande cohérence de propos. De même, né lors de jams sessions initiées en studio, le répertoire se situe sur un terrain esthétique identique, mais privilégie le format "afropop" de la chanson, sans gommer les idées décalées et les samples quelque peu abstraits.

Résultat : pas mal de pièces de choix, dont Red Wine bourré d’effets, le funky Swing Swing et surtout le souffle long de Dunya, pour un disque qui tourne en boucle sur les platines.

Bibi Tanga & The Selenites Dunya (Nat Neo/Naïve) 2010

En tournée française et le 4 mai au New Morning à Paris