Jessy Matador à l’Eurovision

Jessy Matador, né en France de parents Congolais, représentera la France à l’Eurovision 2010, ce samedi 29 mai à Oslo, en Norvège. Son titre Allez ola olé propose un coupé décalé électro calibré pour les radios jeunes. Une chanson qui risque de trancher dans l’univers habituellement choucroute et guimauve du concours.

Du coupé décalé en Norvège

Jessy Matador, né en France de parents Congolais, représentera la France à l’Eurovision 2010, ce samedi 29 mai à Oslo, en Norvège. Son titre Allez ola olé propose un coupé décalé électro calibré pour les radios jeunes. Une chanson qui risque de trancher dans l’univers habituellement choucroute et guimauve du concours.

Ça aurait pu être Christophe Willem en collaboration avec David Guetta. Un spécialiste des télécrochets (gagnant de l’émission la Nouvelle star en 2006) avec le Français qui s’exporte le plus à l’heure actuelle (co-producteur du dernier album des Black Eyed Peas). Ça aurait valu son pesant de "France dix points". Mais patatras : d’après Christophe Willem, France Télévision, diffuseur de l’Eurovision dans l’Hexagone, aurait refusé. Ambiance cour de récré : "Ce n'est pas nous qui avons dit non à Willem, c'est lui qui a refusé de faire l’Eurovision, corrige Nicolas Pernikoff, directeur des divertissements et des jeux de la chaîne. Il nous a même répondu très tard, et nous avons été obligés de réagir en quarante-huit heures ! Du coup, nous avons trouvé Jessy Matador." Elégant…

La deuxième main n’en a cure. Jessy Matador, né à Paris de parents venant des deux Congo (Kinshasa et Brazzaville), joue sa carte à fond. France Télévision l’avait déjà choisi comme "tube de l’été". Son deuxième album, Elektro Soukouss, sort le 14 juin et le titre Allez ola olé risque bien de devenir l’hymne 2010 des campings. L’artiste s’était déjà fait remarquer à l’été 2008 avec la chanson Décalé Gwada. Un coupé décalé aussi rustique qu’efficace, agrémenté d’un mouvement de bassin qui en fera se pâmer plus d’une. Car, avant d’être chanteur, Jessy s’est exercé sur les planches comme danseur. Il tourne pendant quatre ans avec la compagnie de Dany Engobo, les Cœurs brisés. En 2005, il monte sa propre troupe, La Sélésao, avec laquelle il perfectionne encore ses techniques de bassin.

Refrain répétitif

Jessy Matador est un ambianceur. Son premier album, African New Style (sorti en 2008), ambitionnait de fonder un nouveau style musical. Un peu coupé décalé, un peu zouk, un peu hip hop, quelques passages dancehall ou mapouka, Jessy ne révolutionne rien mais propose un disque pour tester ses pieds et les basses de l’autoradio. Son nouveau titre, Allez ola olé, ne change pas la donne. Les paroles font passer Julie Zenatti pour une chanteuse révolutionnaire mais les rythmes matraquent à tour de bras pendant trois minutes. Des plus simplistes, le refrain "Allez ola olé, c’est le son de l’année" entre immédiatement dans la tête, pour le meilleur comme pour le pire…

Ce choix peut surprendre. Avec ce titre, aux influences coupé décalé bien affirmées, Jessy Matador ne rentre pas dans les canons de l’Eurovision, plus habitué aux mélopées choucroutées qu’aux déhanchés chaloupés. Mais, en y regardant de près, les sélections des années précédentes sont toutes aussi étonnantes. Nous avons eu droit au phénomène branchouille Sébastien Tellier, à la diva Patricia Kaas, aux incongrus Fatals Picards et… à Virginie Pouchain. A se demander si le choix des candidats français ne se joue pas au bonneteau.

Un manque de cohérence fustigé par les aficionados du concours qui réclament le retour à un grand orchestre en direct, avec de la vraie chanson française. Une formulation franchement plus positive que ceux regrettant (en se ridiculisant) qu’un artiste "zouk" ait été choisi… La polémique ne semble pas effaroucher l’artiste, trop heureux de s’offrir ainsi une résonance nationale. Et puis, il faut se méfier d’une manifestation capable de couronner un groupe de hard-rock déguisé en monstres (les Finlandais de Lordi en 2006). Comme le rappelle Jessy Matador en entame de son premier album : "Traverses la rivière avant d’insulter le crocodile."

Jessy Matador Elektro Soukouss (Wagram) A paraître le 14 juin 2010

Diffusion de la finale de l'Eurovision en direct sur France 3 et sur son site Internet samedi 29 mai à 20h35