Staff Benda Bilili, de Kin à Cannes

Projeté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs du dernier festival de Cannes, le film Benda Bilili !, réalisé par Renaud Barret et Florent de La Tullaye, sort sur les écrans le 8 septembre. Des rues de Kinshasa aux scènes européennes, c’est l’odyssée extraordinaire du Staff Benda Bilili !

Le combo congolais en images

Projeté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs du dernier festival de Cannes, le film Benda Bilili !, réalisé par Renaud Barret et Florent de La Tullaye, sort sur les écrans le 8 septembre. Des rues de Kinshasa aux scènes européennes, c’est l’odyssée extraordinaire du Staff Benda Bilili !

Leur premier album Très très fort !, s’est vendu à 50.000 exemplaires dans le monde. En un an et demi, le Staff Benda Bilili a enflammé les planches de 80 scènes internationales et remporté le prix WOMEX 2009. Les musiciens congolais ont été les chouchous du festival de Cannes et s’apprêtent à faire guincher le Japon… Et pourtant, comme en témoigne Benda Bilili !, le film de Renaud Barret et Florent de la Tullaye, les premières années du Staff ne ressemblaient pas vraiment aux contes de fées…

Fureur de vivre

En 2004, quand Florent de la Tullaye et Renaud Barret les rencontrent, un soir, au coin d’une rue de Kinshasa, le Staff existe depuis un an et a déjà un répertoire bien rodé. Certains musiciens victimes de la polio, sont paraplégiques et se déplacent en "vélos à bras" customisés.

Bidouilleurs en chef, tous reprennent à leur compte le "fameux article 15" de la constitution, inventé sous l'ère Mobutu "Citoyens, débrouillez-vous" et chantent leur fureur de vivre. Estomaqués par leur découverte, Renaud Barret et Florent de la Tullaye décident de filmer et d'enregistrer ces monstres sacrés du bitume. Le Staff Benda Bilili accepte de rentrer pour la première fois en studio tant que les deux Français payent les solistes, la nourriture, les cigarettes et l’herbe qui les fera planer. Les premières images, fiévreuses, transpirent la rue, les mauvais alcools et l’humour féroce.

Immersion totale

Filmé en caméra légère pendant cinq ans et tout en lingala, le film a plusieurs vertus : raconter l’ascension du Staff Benda Bilili et rappeler que la musique et l’espoir peuvent changer la vie. Il permet aussi une immersion totale dans les rues de Kinshasa. Incertain, désordonné, précaire, le quotidien congolais rattrape d’ailleurs le tournage du film.

Alors que les musiciens tentent de survivre, les réalisateurs rentrent en Europe chercher des fonds pour continuer le film. Ils reviennent un an plus tard, suivis par une maison de disques. Là est enregistré en plein air, Très Très fort, un premier album mâtiné de funk, de reggae, de rumba, dopé à l’énergie brute de la vie urbaine à Kin.

Il ouvrira au Staff Benda Bilili les portes du succès international. Premier passage sur les ondes de RFI, premier voyage en Europe, première neige, première gorgée de champagne... Et surtout premier carton : aux Eurockéennes de Belfort, ils déclenchent l’hystérie du public européen, dans une liesse délirante.

C’est cette partie du film qui a le plus impressionné les Congolais. Après Cannes, Florent de la Tullaye et Renaud Barret sont allés projeter le film en plein air dans cinq quartiers de Kinshasa. Selon eux, "dans la première partie du film, les gens étaient très concentrés, mais à partir du moment où le Staff s’envole vers l’Europe et se fait acclamer par 10.000 personnes, alors là, c’était la folie, c’était leur victoire à eux, la victoire de la rue".

Benda Bilili !, sortie française le 8 septembre, Renaud Barret et Florent de la Tullaye, Sophie DuLac Distribution 2010