Dub Inc

Enregistré en Allemagne, avec des invités jamaïcains et algériens, le nouvel album de Dub Inc baptisé Hors Contrôle reflète la volonté de ce groupe de reggae français de s’inscrire davantage encore dans une perspective internationale

Hors Contrôle

Enregistré en Allemagne, avec des invités jamaïcains et algériens, le nouvel album de Dub Inc baptisé Hors Contrôle reflète la volonté de ce groupe de reggae français de s’inscrire davantage encore dans une perspective internationale

 

 

 

 

Entrer dans le vif du sujet, pour Dub Inc, c’est l’affaire de 25 secondes. Pas de circonlocutions ni de quelconque manœuvre dilatoire. Juste le temps pour les reggaemen stéphanois de rappeler leur savoir faire en matière d’intro musicale, avant de sonner la charge : "Chacun son identité mais, pour tous, la même nation", avertit énergiquement Aurélien pour démarrer. "Tout ce qu’ils veulent, c’est une France qui ferme sa gueule. Une fois de plus, la machine est lancée", enchaîne Hakim. La radicalité du propos n’exclut pas les nuances, l’analyse : tel est en substance l’attitude qui guide les deux chanteurs dans leurs textes et sert probablement leur popularité. Ce double niveau d’écriture évite surtout de sombrer dans les eaux tentantes de la "rebellitude" démagogique, écueil sur lequel s’échouent bien des artistes reggae péchant par facilité.

 

Chanson "coup de poing" volontairement placée au début de l’album, Tout ce qu’ils veulent est en quelque sorte la contribution de Dub Inc au débat sur l’identité nationale initié par le gouvernement français en 2009. Une réaction sur le vif, alors que le groupe avait démarré les sessions d’enregistrement pour donner une suite à Afrikya paru en 2008.

À Munich, par l’intermédiaire de leur nouveau bassiste allemand, les Français ont trouvé le son reggae dont ils avaient envie : propre et moderne. C’est d’ailleurs dans ce registre que s’est illustré Tarus Riley, révélation jamaïcaine de ces dernières années, invité ici sur No Doubt en compagnie de son mentor saxophoniste Dean Fraser.

Plus loin, sur El Djazzaïr, une paire improbable de chanteurs a été réunie : Jimmy Oihid et Amazigh Kateb, dont la formation Gnawa Diffusion a influencé à différents niveaux la démarche de Dub Inc. Avec Hors Contrôle, l’équipe d’Aurélien et Hakim hisse un peu plus son niveau en studio, tout en continuant à s’appuyer sur son expérience du live dès que l’occasion se présente. Une force à ne pas négliger pour ces musiciens dont la réputation sur scène a pris une dimension internationale : sur les cinquante derniers concerts donnés par le groupe en 2010 et l’an dernier, près de la moitié ont eu lieu à l’étranger.