Thomas Fersen

Thomas Fersen revient avec Je suis au paradis, huitième album studio dans lequel il met en scène les personnages surprenants d’un univers nocturne, décalé et poétique. Des  chansons proches des contes pour faire peur.

Je suis au paradis

Thomas Fersen revient avec Je suis au paradis, huitième album studio dans lequel il met en scène les personnages surprenants d’un univers nocturne, décalé et poétique. Des  chansons proches des contes pour faire peur.

Nouvel opus, nouveau décor. Sur le dessin illustrant la pochette, Thomas Fersen est affalé, en costume trois-pièces, dans un canapé d’époque tapissé de rouge. Mais dans ses chansons, il déambule en dandy du royaume des ombres, dans un paradis qui tient plus d’un purgatoire de fête foraine, au décor baroque et fantasque.

Après avoir remarqué qu’un instrument de musique sort de son étui comme d’un cercueil, la nuit, pour prendre vie, il convoque Dracula pour nous ouvrir les portes d’un romantisme plein de noirceur. S’en suivent des histoires dans lesquelles on croise ici et là des loups-garous, La Barbe Bleue, quelques sorcières, et même une momie (Une autre femme).

Fersen écrit ses textes comme des poèmes, en pieds et en rimes. Il s’amuse en racontant ses légendes sur des musiques qui vont bien. Ainsi, l’histoire d’un squelette de train fantôme (J’suis mort) évolue telle la bande-son usée d’un manège suranné, tandis qu’une fable celtique (L’Enfant sorcière) prend vie sous des arrangements mêlant au violoncelle, cornemuse et bodhrán (tambour utilisé dans la musique irlandaise ndlr).

Si certaines mélodies semblent par instants monotones (Sandra), Mathieu, rock teinté de blues, retentit comme un ovni au pays de la chansonnette. Mais partout on retrouve un humour taquin, voire frivole : dans la ballade Félix, un centenaire jouit encore des plaisirs de la table et de la chair, rêvant de la même mort que Félix Faure*. Et c’est d’ailleurs sous le jupon d’une dame que s’endort un "vagabond", dans Parfois au clair de lune, dont le dernier vers donne son titre à l’album : "Ici je suis au paradis".

* président de la République française entre 1895 et 1899, mort dans les bras de sa maitresse.

Thomas Fersen, Je suis au paradis (Tôt ou tard) 2011
En tournée dans toute la France
A La Cigale à Paris du 26 au 30 avril 2011