Fanfaraï, une marée cuivrée

Fanfaraï refait surface avec un deuxième album intitulé « Tani ». Cette joyeuse bande bigarrée propose un voyage sans visa autour de la Méditerranée avec sa musique toujours aussi cuivrée. Pour célébrer cette musique, le groupe est en concert au Studio de l’Ermitage à Paris le 6 novembre 2015.

L’aventure Fanfaraï commence en 2005 et navigue depuis entre des styles musicaux pour offrir un voyage sans frontières. Issus de cultures très différentes, originaires d’Algérie, du Maroc, de France, les douze musiciens de Fanfaraï proposent un répertoire riche et original. Ils explorent les rythmes traditionnels classiques et populaires du sud de la Méditerranée, en les épiçant subtilement d’influences latines, afro-cubaines, arabo-andalouses, tziganes et Jazz. Une exploration profonde dessinée par des acteurs qui rendent leur art vivant et se renforcent dans cette rencontre des cultures, dans une cohésion de groupe mais également dans l’amitié…

Cette joyeuse bande réinterprète de manière novatrice les musiques coutumières du Maghreb (raï, chaâbi, gnawi, berbère…) en mêlant audacieusement cuivres (trompettes, saxophones, trombone et tuba), percussions traditionnelles et modernes (derbouka, tabl [petites timbales], kerkabous, tarija, congas). Côté chant, l’arabe croise le berbère ou le turc. Cette formation cosmopolite est traitée comme un orchestre. La musique maghrébine n’a jamais été jouée par une telle formation avant.

© Ourida Yaker
Membres de Fanfaraï

Objectif de Fanfaraï : renouer avec la tradition des formations festives déambulatoires de ces orchestres de rue qui animaient les évènements importants et les rituels maghrébins du début du siècle (même si l’instrumentalisation en est différente). Après avoir longtemps joué sur la place publique, ils ont monté un spectacle de plus grande envergure, intégrant la danse et une dimension poétique.

Depuis, ils sillonnent les routes de France, de Belgique, de Pologne, d'Angleterre, d'Allemagne, du Maroc, d'Algérie, d’Espagne ou du Luxembourg…

En 2008, Fanfaraï forme également le « 93 Super Raï Band », composé d’une trentaine d’amateurs avec qui ils travaillent régulièrement lors d’ateliers. Ils animent aussi des Master Class et ateliers dans les conservatoires, écoles de musique et dans le cadre de festivals. En 2009, lors d'une création pour le Festival Villes des Musiques du Monde, Fanfaraï rencontre l'orchestre tzigane Karagöz, originaire de Turquie. Depuis, des titres traditionnels turcs arrangés aux couleurs du groupe baigné à la sauce harissa sont venus s’ajoutés à leur catalogue déjà conséquent. 

Après le premier album « Raï cuivré » sorti en 2011, l’accueil favorable du public a poussé le groupe à partir à la conquête de nouveaux horizons, tant géographiques que sonores. Aujourd’hui, le nouvel album « Tani » (« deuxième » en arabe) en est le digne reflet, tant à l’écoute que sur scène.

 

Cet orchestre haut en couleurs musicales ouvre un dialogue plein d’audaces rythmiques et harmoniques entre toutes les cultures. Et cela se retrouve sur scène avec un spectacle festif, énergisant et généreux. Le concert évènement pour célébrer la sortie de « Tani » a lieu le 7 juin au Studio de l’Ermitage à Paris. Viendra ensuite une tournée cet été, où comme toujours la fête, l’énergie, la joie et le partage seront au rendez-vous!

 

Concert au Studio de l'Ermitage le 7 juin 2013 à 20h30

(Avec Ourida Yaker)