Fredy Massamba, un retour en force

Makasi, Nouvel Album de Fredy Massamba

« Makasi », « force » en lingala, le nouvel album de Fredy Massamba sort aujourd’hui. L’artiste congolais, membre fondateur des Tambours de Brazza revient avec son deuxième album solo, mais toujours aussi bien entouré. En concert à Paris le 19 décembre au Studio de l’Ermitage.

Après s’être imposé il y a trois ans avec son premier album solo Ethnophony (nominé au prestigieux « African Kora Awards » en 2012 à Abidjan, l’équivalent des Victoires de la Musique en Afrique), Fredy Massamba revient exprimer sa « force » dans ce nouveau disque. S’il considère les Tambours de Brazza, dont il est un membre fondateur en 1991, comme une source d’inspiration et une « très grande école » qui lui a permis de découvrir le monde, le musicien affirme vouloir se démarquer des percussions dans ce projet personnel.

Fredy est un artiste surprenant, aux influences culturelles très diversifiées… Congolais, ayant vécu au Bénin et vivant à Bruxelles, cet "afro-péen" se revendique citoyen du monde. Musicalement parlant, il a été bercé par la célèbre rumba congolaise, par les incontournables Bob Marley, James Brown et Jimmy Cliff, mais aussi par les artistes francophones comme Nina Mouskouri, Claude François, Sylvie Vartan et Michel Sardou…

© Laurence Aloir/ RFI
Fredy Massamba dans Musiques du Monde

Ses coopérations sont nombreuses, des artistes de grande renommée sont présents sur l’album, comme Tumi Molekane (Afrique du Sud) pour le titre Unity, Muthoni The Drummer Queen (Kenya) sur Nkembo, El Djaby (RDC) sur Mbemba et Chip-Fu (Etats-Unis) sur Malembe. Ce disque de 15 titres est produit par Fred Hirschy, déjà présent pour Ethnophony, et mixé à New-York par Russell «The Dragon» Elevado (D’Angelo, Jay-Z, The Roots, Erykah Badu,...) qui apporte un son afro-américain imparable.

  

S’il sait très bien s’entourer, c’est toujours une écriture très personnelle qui se révèle de Makasi. Cette « force » qu’il a en lui, « ce pouvoir d’être libre dans les mots, libre de vivre, libre d’expression », avec des paroles principalement en kikongo et en lingala. C’est un choix justifié par une volonté de conservation de ces langues africaines très diverses qui ont tendance à disparaître, et un véritable travail pour conscientiser la nouvelle génération à un retour aux sources. Comme le titre Nguidi qui est un hommage à l’héritage transmis par sa famille. Il y a également deux morceaux en lingala très intimes, qui reviennent sur le divorce, l’un avec sa femme, l’autre avec son pays à cause de la guerre.

C’est un album "plus intellectuel, à la différence d’Ethnophony qui est né d’un freestyle", mais une musique toujours universelle et pleine d’influences, comme un pont entre les traditions africaines et les musiques afro-américaines. On y retrouve sa volonté de présenter à l’Occident la tradition « Bantoo » et de la partager.

C’est donc un message de paix et d’unité qui se dégage de cet opus fort. Venant d’un pays où la rumba congolaise est dominante, Fredy Massamba s’est imposé comme l’une des grandes voix de la soul africaine. Il fait partie de ces artistes représentants la nouvelle génération émergente et consciente, « qui a beaucoup de choses à donner » et grâce à qui le continent pourra évoluer, car « le développement de l’Afrique viendra par l’unité ».

 

Venez apprécier Fredy Massamba sur scène :Le 2 novembre à Genève (Suisse), au Chat NoirLe 8 novembre à Bruxelles (Belgique), au BotaniqueLe 9 novembre à Amsterdam (Pays-Bas), au Sugar FactoryLe 19 décembre à Paris (France), au Studio de l’Ermitage

www.fredymassamba.com

 

Citations extraites de l'interview réalisé par José Marinho, Journaliste Culture à Rfi.