Isaac Birituro and the Rail Abandon, l’histoire d’une rencontre

"Kalba", l'album de Isaac Birituro & The Rail Abandon. © Wah Wah 45s

Kalba est le nom d’une ville au nord du Ghana. C’est aussi le titre de l’album d’Isaac Birituro and The Rail Abandon, fruit d’une rencontre entre ces deux musiciens à Kalba.

L’album résulte de la rencontre hasardeuse entre deux artistes : le Ghanéen Isaac Birituro, maître du gyil et Sonny Johns, producteur anglais qui officie ici sous le pseudonyme The Rail Abandon, deux personnalités différentes. C’est à la suite du festival Rüt’n’Rock, organisé pour financer la création d’une école à Kalba où réside Isaac Birituro, que Sonny Johns décide de partir au Ghana. Le producteur qui a déjà travaillé avec Tony Allen ou Fatoumata Diawara y découvre le xylophoniste et commence à jammer : la magie de la musique opère instantanément.

Ils enregistrent ensuite en seulement trois jours l’album dans l’église St Mary à Kalba. Yesu Yan Yan, le morceau ouvrant le disque est aussi celui qu’ils ont enregistré en premier. Un titre qui a demandé l’accompagnement de cuivres ainsi que d’un chœur, mais qui pour The Railway Abandon ressemble vraiment à ce que voulait faire Isaac Birituro : "C’est la chanson où il y a le plus de musiciens sur le disque, pourtant on n’a pas perdu l’essence du morceau".

 

La chanson la plus représentative du mélange de ces deux univers est sans doute Für Svenja. Le titre oscille entre une sorte de ballade à la guitare de The Rail Abandon suivi de refrains chantés par le chœur du Kalba Birifore Choir et rythmé par le gyil d’Isaac Birituro. Il montre comment ils utilisent leurs différences pour créer un monde propre sur ce disque entre influences européennes et africaines.

Isaac Birituro & The Rail Abandon Kalba (Wah Wah 45s) 2019

Facebook / Instagram