Votez Ami Yerewolo - Mali

La rappeuse malienne Ami Yerewelo, finaliste du Prix RFI Découvertes 2020 © RFI

À la fin de ses études en 2013, Ami Yèrèwolo tranche : elle consacrera sa vie à la musique et l’annonce à ses parents avec Dakan, le destin en bambara, un premier single aux airs de manifeste qui témoigne déjà de la force de caractère et de la détermination de celle qui deviendrait la première rappeuse malienne.

"J’ai toujours été rebelle et j’ai toujours cru en moi", sourit-elle en évoquant son enfance à Mahina, une petite ville à 400 kilomètres de Bamako. Là, Ami Yèrèwolo découvre le hip-hop deYeli Fuzzo et du groupe Fanga Fing, pionniers du rap malien à la fin des années 1990, tandis que l’oeuvre, le parcours et l’engagement d’Oumou Sangaré donnent du courage à la petite fille, à qui l’on interdit de participer à un concours jeune talent.

Issue de l’ethnie kakolo et ne faisant pas partie d’une lignée de griots, elle évolue au sein d’une famille qui aurait préféré qu’elle se marie, qu’elle reste dans le rang. Mais pour Ami Yèrèwolo, qui s’exerce en cachette depuis 2009, l’appel du hip hop est plus fort. Textes féministes, flow technique, énergie magnétique… "Je le dis tout le temps : ce n’est pas le sexe qui compte, affirme-t-elle, c’est le talent".

Ngoni, kora, tamani, calebasse, yabara, buru, percussions et choeurs féminins nourrissent par le sample ses beats uptempos et modernes, trap, club, house ou afrobeats. Car, comme la rappeuse aime le rappeler : "Je suis Malienne et fière de l’être."

Votez pour elle en cliquant ici