Dinos, boxeur de mots

Le rappeur Dinos publie l'album "Stamina". © FIFOU

Le rap français a la cote, c’est un fait. Mais combien de MCs peuvent se vanter d’allier technique impeccable, lyrics de qualité et ventes conséquentes ? Dinos, né Jules Jomby, fait partie de cette minorité et livre avec Stamina un des projets les plus puissants de l’année, avec en conclusion 93 Mesures, point d’orgue d’un album qui succède avec élégance à Taciturne, disque d’or en 2019. Rencontré dans les locaux vanvéens de son manager Oumar Samaké, Dinos nous parle de ses modèles, de la zumba dans le rap et de ses influences.

Ce qui peut surprendre l’auditeur non averti à l’écoute de Stamina, c’est ce grand écart entre langage soutenu et mots vulgaires...
C’est moi et la manière dont j’ai grandi. J’avais déjà un vocabulaire un peu différent des camarades de mon quartier, j’utilisais des mots que les mecs n’allaient pas forcément sortir et en même temps, c’est dans mon ADN de parler comme les gars de chez moi. Même dans une conversation, je peux avoir les plus grands mots et des mots éclatés à côté.

En interview, tu as eu des mots durs pour le rap "zumba".
Ça dépend comment c’est fait. J’arrive à écouter Jul, mais pas de la musique sans âme, que ça soit de la trap, de la drill ou autre. Ça se ressent. On est tellement submergés de sons qu’on sent direct s’il y a une âme dans la prod ou dans la façon d’écrire. Il y a des gens qui n’écrivent pas très bien mais qui ont une interprétation formidable, d’autres c’est le contraire. J’aime quand un artiste me fait voyager, quand il transmet une émotion. L’émotion, c’est le maitre mot.

Y a-t-il encore un fossé entre rap conscient et rap commercial ?
On est à une époque où il y a tellement de raps différents. Il y a de la zumba, du rap de rue, moi qui suis hybride… On vit une époque de liberté artistique. Ce qu’on fait aujourd’hui, ça n’aurait pas été perçu pareil en 2005. En décembre 2015, quand Booba sort Validé, c’est un game changer. Le premier tube de rap zumba c’est lui qui l’a fait, pas un autre ! Et en le faisant, il a changé le rap français pour toujours. Les gens ne se rendaient pas compte : il nous avait autorisé à faire de la zumba ! Comme quand Drake a fait One Dance, il a posé ses couilles et fait de l’afro. Pour Booba, j’ai accroché directement. Le feu était vert, on pouvait tous y aller. La même année, Sapé Comme Jamais sortait mais Gims était déjà dans ce truc popu. Là on parle de Kopp, frère.

Comment a été conçu le final de l’album, 93 Mesures ?
Je reçois la prod avec Sofiane Pamart au piano, Oumar m’a proposé d’écrire "93 mesures" mais j’avais la flemme. J’ai commencé, à 64 mesures j’étais fatigué mais il m’a convaincu que je tenais un truc, et j’ai continué jusqu’aux 93 mesures.

C’est un titre dans lequel tu évoques le planning familial et l’avortement…
C’est un constat, un moment de ma vie où je me suis rendu compte que… C’est arrivé à plein de gens, c’est délicat d’en parler en interview. C’est genre dans le dégout, tu sors de là en te disant que ce que tu es en train de faire ça n’est pas familial, c’est horrible, mais d’un autre côté tu te dis que si, c’est peut-être un peu familial ce qu’ils font, ils t’aident… Je ne sais pas si j’ai envie de m’étaler sur ça en interview.

Comme le rappait Manu Key dans Pour ceux de la Mafia K’1 Fry, "Quand on se retrouve au mic’ c’est peut-être les moments les plus intimes".
Nous les rappeurs, on dit des choses à notre micro qu’on ne peut pas dire à des êtres humains. Paradoxalement, on le dit à plus de personnes qu’on ne le pense étant donné que plein de gens écoutent nos chansons, mais la réalité c’est que ce que je dis au micro, je ne pourrais pas te le dire en face. J’ai des amis qui ont appris des choses sur moi dans mes chansons alors que je les connais depuis toujours.

Quels sont les premiers disques qui t’ont motivé ?
J’pète les plombs c’était un hit de ouf mais on n’avait pas le droit de l’écouter, je kiffais en cachette. R&B De Rue de Matt Houston, c’était urbain mais tu pouvais l’écouter avec tes parents. Stillmatic de Nas, un album que mon père avait acheté par hasard. Après il y a eu Panthéon, Gravé dans la roche, j’étais dans le rap français. Sinon j’écoute beaucoup de musique afro, camerounaise, congolaise, zaïroise. Zaïko Langa Langa, Koffi Olomide, Papa Wemba

Les nombreux featurings de Stamina n’étaient pas mentionnés sur les sites de streaming le jour de la sortie. Pourquoi ?
On voulait casser internet et faire en sorte que les gens écoutent l’album sans que ce soit pour untel ou untel. Tu viens pour Dinos, pas pour Nekfeu ou Da Uzi.

Sept ans après Bouchées triples, tu proposes un nouveau feat avec Nekfeu, Moins un. Qu’est-ce qui a changé ?
On savait ce qu’on voulait, on était plus adroits au micro. C’est lui qui m’a fait remarquer que toutes proportions gardées, ça faisait penser à Pucc’ Fiction d’Oxmo. Les petits d’aujourd’hui ne connaissent pas ce morceau. Quand Freeze Corleone a annoncé son morceau avec Zesau de Dicidens (qui fut le premier groupe de Nessbeal, ndr), les gamins disaient "Lourd, mais c’est qui ce bouffon de Zesau?" Je me suis dit putain, dans quelle époque on est ! Moi à mes débuts, j’ai samplé Solaar, je voulais le remettre à la mode, j’ai fait Solaar pleure encore. J’ai repris du Nubi, du Flynt, du Ill, du Morad de La Scred Connexion, du NTM, trop de gens.

Pas mal de rappeurs français ne se projettent pas dans le futur. Et toi ?
Je vais rapper jusqu’à l’album où je sens que le public ne veut plus de moi, ou jusqu’à l’album que je sais être celui de la fin. Je suis réaliste, mais je ne sais pas de quoi demain sera fait. Ce qui est certain, c’est que j’accorde de l’importance à ma carrière. Reconnaissance d’estime pour le premier album, disque d’or pour le second. Le troisième, c’est censé être l’éclosion.

Tu as un plan de carrière ?
Je pense à trois millions de trucs à la seconde ! Est-ce que je dois sortir un nouvel album, faire une pause, ouvrir d’autres business… Plein de gens ont été à ma place avant moi et n’ont pas réussi à gérer ce truc-là. Comment faire pour que l’endroit où je suis me serve à aller chercher ce qu’il y a là, là et là ? Comment faire pour tout prendre ? C’est ça, le truc !

Dinos Stamina (SPKTAQLR ) 2020

Facebook / Twitter / Instagram