Featurings, le grand bazar du rap français

Kalash Criminel et Kaaris. © Vincent Nitenberg

Près de 100 featurings pour Ninho, plus de 80 pour Jul, 157 rappeurs sur le projet Classico organisé : les collaborations entre rappeurs n’ont jamais autant eu la côte. Analyse d’un phénomène.

Faisons-nous l’avocat du diable : et si les featurings entre artistes de rap français allaient trop loin ? Un triple album du Classico organisé avec 157 rappeurs n’est-il pas indigeste pour le public ? Si ce point de vue peut se défendre artistiquement parlant, il ne tient pourtant pas la route face aux chiffres : près de 34 000 équivalents ventes en première semaine, et une certification Disque d’or la semaine suivante.

Certes, le score est inférieur à 13 Organisé, l’autre projet collectif de Jul qui rassemblait, quant à lui, une cinquantaine de rappeurs et a battu tous les records de streams et totalise 371 millions de vues YouTube, mais quand même. Ces résultats impressionnants sont intimement liés à la nouvelle consommation musicale, le streaming.

Driver, rappeur et animateur de multiples émissions sur le web dont Featuring, son programme produit par Engle diffusé sur Apple Podcasts (et disponible sur les plateformes de streaming via www.featuring.fm), nous confirme que l’art du feat est devenu une des poules aux œufs d’or (et aux Disques d’or) du rap biz. "Si le featuring est devenu tellement important aujourd’hui, c’est parce que certains artistes streament énormément, et donc les artistes moins connus rêvent de faire un featuring avec eux pour gagner en streaming, en vues sur YouTube, en notoriété. Des gens voient le featuring comme un gain de temps là où à l’époque, c’était :  'J’aime ce que tu fais, je te trouve bon, j’aimerais bien rapper avec toi'. Aujourd’hui, il y a beaucoup, beaucoup d’intérêts à faire un featuring Les rappeurs ne vont jamais l’exprimer comme ça, mais c’est la réalité".

Bagarre de générations

S’il est évident que le rap français s’est beaucoup décomplexé par rapport à la génération des années 1990, le cynisme a-t-il à ce point transformé le game, en faisant une arène où seul compte le chiffre ? Non bien sûr, et le meilleur exemple en est le duo Air Max, qui en 2018 rassemblait Rim K, le vétéran du 113, avec la nouvelle star Ninho. Un duo sincère, celui de deux générations différentes, de deux artistes qui se respectent.

Driver : "Ninho connait le travail de Rim K et inversement. Chacun appréciant la musique de l’autre, ils ont décidé de faire un morceau ensemble. Et c’est bien, parce qu’on est quand même dans une ère où il y a une bagarre de générations. Une majorité d’anciens a du mal à écouter les nouveaux et les nouveaux ont du mal à écouter les anciens, si tant est qu’ils les ont écoutés ! Alors, voir Rim K et Ninho ensemble, c’est beau".

Le conflit des générations se joue aussi du côté des chroniqueurs de ce style musical : Julien Beats, le (très) jeune YouTubeur qui commente le rap français et a réussi quelques coups d’éclats comme l’interview de Booba, a lancé une pique à Rohff en décembre 2021, peu avant la sortie de son album Grand Monsieur, dans lequel on trouve le single Legend, un feat avec Jul : "Rohff c’est un grand rappeur évidemment, on le connait tous. Il n’a plus rien à prouver. Après au niveau de la tracklist, ça va être une belle zumba internationale. Déjà quand t’appelles Jul pour faire un feat, c’est que tu es en détresse, vraiment, entre nous !" a affirmé le gamin à lunettes face à Sam’s dans Le Gros Stream, l’émission de Konbini.

"Je ne suis pas un rappeur streaming et je ne chante pas pour Julien Beats", a répliqué le rappeur des Comores. Qui, pour le coup, n’a pas hésité à multiplier les feats de prestige sur ce double album : Naps, Tayc, Imen Es, Gims et Dadju pour les valeurs sûres, Goulam et Guè Pequeno pour les valeurs montantes. Le résultat ? 13 123 équivalents ventes en première semaine, un chiffre honorable par les temps qui courent, surtout après 25 ans de carrière, mais en deçà de Surnaturel, qui avait fait le double la semaine de sa sortie en 2018.

Preuve s’il en était besoin que le featuring de luxe n’est pas la certitude de l’explosion des compteurs à stream. Les deux leaders du feat à la française restent Jul et Ninho, avec 80 featurings pour le premier et près d’une centaine pour le second. Driver : "Un morceau avec l’un de ces deux-là, il y a moyen que ça fasse Disque d’or. Je pense que leurs DMs sur les réseaux sociaux doivent être bien remplis !"

Kaaris et Kalash Criminel, Sevran connexion

Autre phénomène dans le milieu rap : les albums communs. Après Horizon Vertical, sorti en 2020 par Vald et Heuss L’Enfoiré, voilà que débarque celui de Kalash Criminel avec Kaaris, SVR (pour Sevran), le point commun de ce nouveau duo étant leur origine géographique. Un phénomène relativement récent ici, là où aux États-Unis, la pratique est courante : Jay Z avec R. Kelly (deux albums), Kanye West et Jay Z, Future et Young Thug, 21 Savage et Offset, Method Man et Redman, etc.

Pour Driver, c’est une technique à développer : "Je trouve que dans l’histoire du rap français, il n’y en a pas assez. Pour moi, il y aurait dû en avoir plus, et depuis longtemps. C’est bien qu’il y ait le Kaaris/Kalash, j’espère que ça va donner des idées à d’autres. Je pars du principe que quand deux personnes font un featuring et que le morceau marche, il faut penser à un projet en commun. Si le public apprécie un morceau, il pourrait apprécier un album ! Après, ça dépend ce qu’on fait dedans. Il ne suffit pas de coller deux noms pour faire un bon projet. Personnellement, je rêve d’un album commun Vald/Alkpote, ça serait très fort".

En attendant les chiffres de SVR, dont le clip de Tchalla totalisait 4 millions de vues YouTube fin janvier 2022, l’expérience Vald/Heuss a été une relative déception en termes commerciaux, avec moins de 13 000 équivalents ventes en première semaine.

Bien évidemment, il reste encore des rappeurs qui font des featurings pour l’amour de la musique. C’est avec les nouveaux venus que le feat peut devenir une nécessité. Driver : "Pour un rappeur qui n’a pas encore de nom, la première pensée est souvent : 'Il faut que je fasse un feat avec untel', en pensant à un artiste plus connu que lui. Le gain en exposition est inévitable. Après ça ne veut pas dire que ça apporte quelque chose. C’est bien de faire un feat avec une grosse tête du rap français, mais si tu n’es pas à la hauteur, on ne retiendra que la grosse tête. Si tu as le gros artiste, tu as intérêt à faire le meilleur couplet de ta vie, le couplet qui va avec".

Bref, le featuring n’est pas l’Alpha et l’Oméga du rap français. La preuve ? Ninho a cartonné comme jamais avec son album Jefe. Sa particularité ? Il ne contient aucun featuring.

Kaaris et Kalash Criminel SVR (Arista) sortie 28 janvier 2022