Bigflo et Oli : le rap tout terrain, c'est eux !

Bigflo et Oli, 2022. © Bruno Gasperini

Après trois ans de pause, le duo Bigflo et Oli sort un nouvel album intitulé Les Autres, c'est nous, au casting impressionnant, de Francis Cabrel à Vald. Revue de détail. 

"Trois années sans album, qui dit mieux ?" Une rime extraite de Le Son de mes potes, "le son le moins écouté de l’album", prédisent les deux frères dans ce morceau décomplexé, ludique et sans enjeu. Pourtant, Florian et Olivio savent qu’ils jouent gros avec Les Autres, c'est nous, un album venant après une période de silence qui aurait pu leur être fatale : dans le monde compétitif et instantané du rap français où les fans se demandent si Jul est décédé quand il a passé quinze jours sans sortir un son, 36 mois sans projet, c’est une éternité. C’est pourtant le temps qu’il fallait aux deux frères pour retrouver l’inspiration et l’envie, et ne pas subir le burn-out qui les guettait. "Ça m’a beaucoup aidé de faire cette pause" affirme Flo.

Les deux titres qui ouvrent l’album, La Vie d’après et J’étais pas là, font dans le kickage frénétique, preuve qu’ils ont, à tort ou à raison, l’impression de devoir encore prouver leur légitimité. Pourtant, ils revendiquent de ne plus vouloir convaincre à tout prix. "Je ne pourrais pas plaire à tout le monde, c’est sûr, j’ai mis du temps à l’admettre/ Ceux qui m’aiment me suivent, les autres allez-vous faire mettre", entend-on dans J’étais pas là.

La liste des invités, impressionnante d’éclectisme, relève parfois du Kamoulox : Francis Cabrel et Vald sur un même album, l’eusses-tu cru, ami des musiques urbaines ? Doc Gynéco en a rêvé, B&O l’ont fait. La présence de Cabrel est la suite logique d’un concert donné à Astaffort durant lequel le chanteur est monté sur scène pour interpréter Dommage avec le duo. "On a échangé et, un jour, on lui a proposé cette collaboration, sans trop d’espoir, car on sait qu’il est dans sa bulle. Il a accepté assez naturellement et ce fut un très beau moment".

Et Fan, le duo avec Vald, fonctionne mieux que ce que l’on aurait pu craindre, tant le fossé qui sépare B&O du V semblait immense ("Je ne suis qu’un fan, laissez-moi copier mes idoles/ Poster au fond du crâne, autographe sur ma camisole").

Autres guests prestigieux : MC Solaar le vétéran qui droppe quelques mots susurrés sur Bons élèves, Tayc, le king de l’afrolov dans Une belle chanson et Julien Doré dans Coup de vieux, habile variation sur le thème de la nostalgie ("C’était mieux avant, remonter le temps, premiers cheveux blancs, j’ai pris un coup de vieux"). Dans Tant pis ou tant mieux featuring Olympe Chabert, on retrouve un storytelling qui évoque le texte de Brandt Rhapsodie, la combinaison Benjamin Biolay/Jeanne Cherhal, l’histoire d’un couple qui se délite et se fait la guerre par messages interposés, via post-its sur un frigo pour Biolay/Cherhal et via texto pour les frérots.

Musicalement, les influences sont variées, de la musique latino au boom bap en passant par la variété orthodoxe. "L’influence de la variété française, on l’assume à 100%, on assume notre vulnérabilité aussi, notre fragilité" dit Oli.

Beaucoup d’introspection ("Je regarde Flo et j’ai peur qu’on se sépare comme les Daft Punk"), de la technique (Ça va beaucoup trop vite, texte supersonique en forme d’exploit rapologique), de l’humour ("Dangereux comme une ex-fan, comme Thomas j’arrive de l’espace, mon pull c’est un Desigual, j’ai les mêmes goûts qu’une vieille dame"), du pathos (Super-héros, texte poignant sur un enfant malade) et une grosse dose d’autocritique ("J’ai fait des milliers d’euros en racontant ma vie de pauvre, j’ai fui les problèmes du quotidien, sur ma voile, j’ai laissé souffler le vent"), bref un sacré "bordel" d’émotions et de sons pour un retour en force.

Ne reste plus qu’à attendre le verdict de l’ultime juge de paix : le public.

Bigflo et Oli Les autres c'est nous (Polydor) 2022

Facebook / Instagram / Twitter / YouTube