Zone libre, Casey et Hamé

Une collaboration époustouflante. Sur ce disque, les trois musiciens de Zone libre proposent un hardcore post rock sous fortes poussées "noisy". Un creuset où les deux rappeurs, Hamé et Casey, délivre un flow de lave incandescente. Oreilles et âmes sensibles s’abstenir.

Par deux fois déjà, Serge Teyssot-Gay et le groupe La Rumeur avaient collaboré, avec un résultat mi-figue, mi-raisin. Le guitariste se cantonnait bien souvent à quelques gimmicks peu inspirés, sous-mixés afin de ne pas effarouché le public hip hop. Il aura fallu une configuration légèrement différente pour que l’alchimie prenne enfin.

Au sein du trio Zone Libre, Serge, Marc Sens (musicien de Yann Tiersen) et Cyril Bilbeaud (Sloy) explorent depuis plus de trois ans un rock sans contraintes. De leur côté, Hamé (La Rumeur) et Casey (Anfalsh) propose un rap direct, sans concession vis-à-vis des formats des gros médias. La rencontre de ces deux entités fait finalement des étincelles.

Avec L’Angle Mort, ces cinq musiciens proposent une œuvre radicale, suffocante. Un coup de projecteur sur les laissés-pour-compte, les parias, sans se focaliser sur les banlieues. Bien entendu, il y a de la violence, de la noirceur. Entre rage et incantations, Hamé et Casey s’imbriquent telles des lames de rasoirs sur le redoutable 1/20.

Les trois musiciens alourdissent l’ambiance sous fond de grosse basse saturée et d’envolées telluriques (Les Mains noires). Le trio ne vise pourtant pas la brutalité mais bien une lente montée en tension. Si l’univers se veut sombre tout au long de ces neufs titres coups de poing, de temps à autre, émergent quelques textes lumineux, tel le magnifique Le mur, écho glacé au Comme un aimant d’Akhenaton (IAM).

A mille lieux de la culture du mignon, du lisse, du "bien rangé, bien à sa place", L’angle mort laisse en bouche un goût amer. Celui de la lucidité ?

Zone Libre + Hamé + Casey -  L’angle mort (Musicast / l’Autre distribution) 2009