Waxx, un musicien dans la fan zone

Benjamin Hekimian, alias Waxx. © DR

Guitariste et producteur, Waxx multiplie les collaborations dans la vie comme sur les réseaux sociaux. Pionnier des vidéos musicales sur Internet, l’animateur de l’émission Fanzine sur YouTube a eu plusieurs vies avant d’être un musicien demandé. Portrait d’un éternel fan, partagé entre ses passions pour la musique et le basket-ball.

Cheveux longs, grosse barbe, jean troué et veste à l’effigie de la mythique équipe de basket-ball des Los Angeles Lakers. Dans le bar du XIIIe arrondissement de Paris où on le rencontre, Benjamin Hekimian, alias Waxx, est fidèle à l’image que l’on a de lui. C’est un musicien curieux et chaleureux, qui revient sans compter son temps sur sa carrière. Homme de l’ombre s’exposant sur les réseaux sociaux, il est devenu en plus de dix ans un guitariste connu. S’il a été appelé en janvier 2020 pour jouer la Marseillaise avant le premier match de saison régulière de la NBA sur le sol français, ce n’est pas un hasard.

"J’ai grandi avec le basket (1). Quand je jouais en club, je n’aimais pas le un contre un, ce que j’aimais, c’était de jouer en équipe. En plus, ce qui est bien dans la musique, c’est qu’il n’y a pas de compétition. On joue ensemble et je trouve ça incroyable !", explique-t-il. Son premier choc musical intervient dans la voiture familiale dans laquelle tourne une cassette de Police bloquée sur la chanson Message in the Bottle. Partagé entre le rap et le rock, le fils d’immigrés arméniens installés à Paris débute la musique par la basse, à 12 ans, et passe d’un groupe à l’autre. Ces groupes sont un creuset pour l’adolescent qui se met à la guitare et apprend à jouer de tous les instruments, mais délaisse les parquets.

L’art de la reprise

Bac en poche, le jeune Benjamin fait ce qu’il faut pour obtenir un stage dans un studio d’enregistrement et s’y faire embaucher. La rencontre avec le chanteur Naosol l’amène à Internet. "J’adorais les réseaux sociaux dès le début, mais il n’y avait pas l’aspect vidéo à l’époque. Avec MySpace, il n’y avait que l’audio. J’ai compris ce que c’est d’avoir une communauté qui te suit", explique-t-il. Son groupe de folk, Naosol & the Waxx Blend, fédère grâce à une chaîne Dailymotion. Éditée par le label participatif qu’il a fondé, Spidart, puis signée chez EMI, la bande fait deux albums. Après cela, Waxx part aux États-Unis, travaille sur l’émission Paris Dernière avec Béatrice Ardisson, et devient mannequin, loupant complètement l’explosion de YouTube.

Il tient pourtant entre ses mains un concept simple et efficace : proposer aux artistes de faire des reprises décalées de leurs chansons. C’est la naissance du Comité des reprises, diffusé sur internet par Canal +, qu’il porte entre 2014 et 2017 avec le Youtubeur PV Nova. Il accompagne alors le ban et l’arrière-ban des artistes français et évolue dans un bouillon créatif d’où émergent par exemple Kyan Khojandi et Blanche Gardin. Le garçon ne semble pas avoir d’œillères musicales, se frottant aussi bien à des rappeurs, des groupes de rock que des chanteurs. Faisant le constat qu’il n’existe pas beaucoup d’espaces dans les médias "pour les musiciens en promo", il crée avec son acolyte C.Cole son émission Fanzine, qui mêle des interviews sur la musique et, une fois de plus, des reprises.

Réalisateur de Pomme et de Georgio

À chaque aventure, Waxx donne l’impression d’amener avec lui son univers d’ado baigné par le rêve américain et une famille d’artistes qui le suit. Réalisateur de disques, il travaille avec Ben l’Oncle Soul, LEJ, Georgio ou Pomme. Avant qu’elle ne rencontre le succès, cette dernière devient une invitée récurrente de ses vidéos et Waxx produit son premier disque. "Avec ma petite communauté, j’aime bien mettre en avant des artistes que je trouve exceptionnels. Je suis avant tout un fan. On passe des bons moments ensemble et tout cela est corroboré par de la musique, explique-t-il. J’ai tourné cinq ans avec les Svinkels. Grâce à eux, je connais tous les mecs de la scène punk underground des années 1980-1990, des passionnés qui peuvent vous parler de choses très indépendantes. Je suis une éponge, je me nourris de tout ça."

Au fil des collaborations qu’il poste sur Instagram, Waxx trace sa route en passionné. Plus habitué à se mettre au service des autres, le guitariste a pour projet son deuxième album solo, "du rock fait par les rappeurs". Il veut faire évoluer son émission Fanzine, pour qu’elle devienne un medium. À la rentrée, il animera aussi chaque dimanche une émission sur la station RTL 2. Elle s’appellera "Foudre" et nul doute que tout cela se terminera autour d’une bonne vieille reprise.

(1) Il revendique être fan de l’équipe de basket-ball des Detroit Pistons. Champions NBA en 1989 et 1990, les Pistons étaient connus pour leurs mauvais garçons, les "bad boys", des défenseurs durs autour notamment des joueurs Isiah Thomas, Dennis Rodman, Bill Laimbeer ou Joe Dumars.

Facebook / Twitter / Instagram / YouTube